Tag Archive | voisins

Des voisins envahissants

Cela fait un moment que je n’ai pas ronchonné dans ces pages et c’est pourquoi je m’autorise un petit extra pour parler de mes voisins. Encore eux !

Il y a quelque temps, je profitais du soleil sur mon balcon, plongée dans la lecture d’un bon bouquin. Malheureusement ma tranquillité n’a duré qu’un temps. En effet, ma chère voisine a décidé elle aussi de profiter du beau temps. Jusque là rien à dire. Généralement elle me casse les pieds avec sa télé un peu trop fort et les fenêtres grandes ouvertes mais cette fois-ci j’étais bien. Or elle s’installe sur sa terrasse, juste sous mes yeux et sors une télé portative. Et là l’envie de l’étrangler m’a prise. Elle a mis le son à fond !!!  (Elle doit être sourde). Je lui ai donc gentiment demandé de mettre moins fort. Elle s’est exécutée de mauvaise grâce.

Il y a peu, je vais me coucher vers 22h30. Le temps de me retourner deux ou trois fois dans mon lit, j’entends ma voisine qui sort sur sa deuxième terrasse, celle située juste sous la fenêtre de ma chambre. Généralement elle sort pour fumer. Ca m’énerve mais je ne peux rien dire. Cette fois-ci elle s’est installée avec ses cigarettes…et sa tablette sur laquelle elle a chargé un film…qu’elle a décidé d’écouter à fond ! Là c’est un peu moins gentiment que je lui ai demandé de diminuer le bruit. Du coup elle a repris son matériel, a ronchonner « vivement que je me casse d’ici » et a claqué violemment la porte fenêtre, puis la porte de sa chambre. Connasse « Oui, vivement que tu te casses ! » Parce que je perds patience.

Le lundi elle sort généralement sa poubelle…devant sa porte, dans la cage d’escalier. Poubelle qui embaume les lieux durant plusieurs jours. A présent je la pose dans son jardin ! Je l’ai fait deux fois alors que l’envie de la vider au milieu de son jardin me taraude. Depuis elle a compris qu’il existe un container prévu à cet effet.

Idem lorsque Monsieur tond le gazon. L’herbe une fois tondue, Monsieur la dépose dans un grand sac qu’il installe sous les interphones. Durant plusieurs jours nous avons donc droit à une odeur pestilentielle en entrant dans l’immeuble. Sans compter qu’une fois qu’il jette enfin cette herbe, il reste de grosses taches vertes sur le sol, taches qu’il ne juge pas utile de nettoyer. La dernière fois j’ai pris le sac et l’ai déposé dans leur jardin…

C’est comme les deux motos de Monsieur et le vélo de Madame, posés le long de leur terrasse et qui gênent les gens pour se parquer. Il faut dire que  leur place de parc, dans le garage souterrain, manque cruellement de place : elle leur sert de dépotoir ! Ils entassent des sacs papiers remplis de déchets à porter à la déchetterie, lieu qu’ils ne fréquentent que très rarement.

Oui, vivement qu’ils se cassent…

M & Mme Ducon

Je vais vous parler d’un couple que je vais nommer Monsieur et Madame Ducon Afin de préserver leur anonymat. Ce couple habite en-dessous de chez moi. Il est deux heures du matin et Madame rentre de sa soirée. Monsieur, fort mécontent de la rentrée tardive de sa Dulcinée, décide de le lui faire savoir de façon sans équivoque.

Au moment de rentrer dans la chambre à coucher, Madame découvre la vengeance de Monsieur. Ce dernier s’est enfermé à clé dans la pièce. Madame Ducon, probablement éméchée, refuse de dormir sur le canapé du salon et s’empresse de mettre les choses au point en tapant bruyamment la porte et hurlant des obscénités à son chéri.

Il est juste deux heures du matin et durant quinze longues minutes, cette conne va s’acharner sur la porte de sa chambre. J’ai des envies de meurtres. Déjà que je dors très mal, j’ai beaucoup de peine à supporter ces Ducon.

Voyant que ses efforts ne paient pas, Madame passe à la vitesse supérieure. Après une minute de silence bénie, un gros boum retentit et Monsieur se met à couiner « mais t’es complètement cinglée ». (A mon avis, ils le sont tous les deux). Il semblerait que la folle ait réussi à défoncer la porte. Ça va leur coûter cher à cette famille Ducon. Après dix minutes d’explications houleuses, Madame a rejoint Monsieur dans le lit conjugal et le calme a repris le dessus dans l’immeuble.

Je les hais et ils sont là jusqu’à la fin de l’année prochaine.