Archives

Petit questionnaire de Mme la Psy

C’est reparti pour le bilan de la semaine :

Citer une chose de positive que j’ai faite  :
J’ai fait l’inventaire de mes 45tours/33 tours/Maxi. Il me reste plus qu’à vérifier s’ils sont rayés ou non…

Citer une chose de positive qui m’est arrivée :
Il m’est arrivé un petit truc tout simple mais je ne vais pas en parler ici, désolée…

Citer un petit objectif à atteindre  (ne pas oublier de se féliciter lorsqu’il sera accompli) :
Ne pas dépasser une plaque de chocolat dans la semaine ! Nan, ça c’est trop difficile et pas très positif. Me préparer au moins deux repas au lieu d’opter pour des sandwiches.

J’ai consacré au moins 30 minutes à ne penser qu’à moi et ça m’a fait du bien. J’ai fait quoi ?
J’ai dormi ? Je suis allée chez le coiffeur 💇‍♀️.

Nous possédons cinq sens et ils peuvent tous nous apporter quelque chose de bénéfique.
Alors qu’est-ce que j’ai vu qui ma plu ?
Un épisode de “The Crown”.

Qu’est-ce que j’ai respiré qui m’a apaisée ?
La bougie parfumée “velouté de prune” qui brûle dans mon salon.

Qu’est-ce que j’ai entendu qui m’a relaxée ?
Les “nouvelles” chansons de Bastille…

Qu’est-ce que j’ai goûté qui m’a apporté une dose de bonheur ?
Un dessert aux vermicelles.

Qu’est-ce que j’ai touché qui m’a calmée ?
L’intérieur de mon nouveau collant de jogging qui est tout doux.

Et pour terminer en musique, je vous propose Bastille avec Comfort of Strangers

Je Fais du Remplissage

Jeudi soir et je réalise que j’ai complètement oublié de rédiger quelque chose pour ce vendredi. En fait, moins j’ai de boulot à faire et moins j’en fais… Ca fait deux mois que je n’en fiche pas une rame pour mes cours et qu’au boulot il n’y a presque pas de clients. J’ai donc amplement le temps de réfléchir à des sujets et pourtant, je fais tout autre chose. Mais à quoi en fait ? (je pourrais réfléchir à des synonymes de “faire” pour commencer et ne pas rédiger avec mes pieds 🙄).

Voici une évidence : moins j’ai de travail à accomplir et plus je me prélasse dans le néant. Voilà déjà deux mois que je n’étudie quasiment pas pour mes cours et qu’au travail très peu de clients se présentent.  J’ai donc amplement le temps de réfléchir à des sujets et pourtant, je me consacre à tout autre chose. Mais à quoi en fin de compte ?

Je réalise que je ne sais pas ce que je fais de mes journées ! Bon, j’ai écouté mon podcast de la semaine avec Preet Bharara et Ann Milgram qui dure environ une heure. J’avance dans mon livre audio. J’en suis à 9h30 sur 14h. J’ai lu des articles de journaux sur internet, des livres et une Q Magazine. J’ai écrit mon article d’hier sur le stress, ce qui m’a occupée un petit peu. Et autrement, je crois que je rêvasse. Le soir je fais à peu près pareil que la journée sauf que lundi soir et ce soir je suis allée courir avec une copine. Mardi et mercredi j’ai couru sur mon tapis. J’avance lentement avec la série The Crown et mardi soir j’ai eu un Skype avec une copine.

Je réalise que je ne sais pas comment j’occupe mes journées. J’ai écouté le podcast de la semaine animé par Preet Bharara et Ann Milgram. Les deux avocats décortiquent la politique américaine actuelle durant environ une heure. Je prends beaucoup de plaisir à avancer dans mon livre audio : déjà 9h30 de passées sur 14h. Je parcours le New York Times sur internet, j’ai pris le temps de terminer la lecture d’un roman que j’ai beaucoup apprécié, et j’ai feuilleté le magazine musical Q. Le soir mes activités ressemblent à peu près à celles de la journée sauf je suis allée courir avec une copine lundi et ce soir. Mardi et mercredi j’ai profité de mon tapis de course. Il m’arrive d’opter pour la télévision et en ce moment, j’avance tranquillement dans la série The Crown. Mardi, plus tard dans la soirée, j’ai échangé avec une copine sur Skype.

Bref, je ne fais pas grand chose mais je me sens bien ces jours. Vous avez des livres à me recommander ? Mon papa me conseille à peu près tous les livres de celui qui a gagné le Goncourt, Jean-Paul Dubois. Je vais voir ce que je trouve à la bibliothèque ou pas trop cher chez Carrefour. Il faut que je songe à mon prochain livre audio alors vraiment, je cherche des idées !

Je ne m’active pas beaucoup et pourtant je me sens bien ces jours…

Y a pas à dire, rédiger sans le mot “faire” à tout va et se concentrer un minimum, c’est quand même plus joli et j’adore cet exercice !

Et pour terminer en musique, je vous propose Don Johnson avec Heartbeat

Tiens, je stresse un peu…

L’idée du jour je suis allée la prendre .

Le stress, qu’est-ce qu’il représente pour moi ? Une tension permanente dans mon dos, parfois des migraines, des maux d’estomac et un sommeil chaotique. Ça c’est pour le côté négatif. Parce qu’il existe un côté positif au stress et chez moi il me pousse à me documenter sans cesse pour ne pas être trop perdue face à mes cobayes, à bosser un minimum mes cours pour ne pas rendre une page blanche lors des examens. Et quand je dis que c’est un stress positif c’est que les informations rentrent dans mon cerveau assez vite et y restent ! Si le côté négatif prend le dessus, ce qui arrive parfois, mon niveau de concentration est proche de zéro et je ne retiens rien de ce que je tente d’apprendre. Pire, je mélange tout. Suis-je en accord avec ce que raconte le Guardian ?

Dans l’article, on lit qu’il existe deux facettes au stress et que la positive est liée à l’adrénaline ce qui va nous pousser à nous améliorer. Bon, plus bas, une mentor dans les relations de travail indique que sortir de sa zone de confort nous améliore. Heu…ça peut affoler la balance du stress négatif donc je ne suis pas sûre que juste conseiller aux gens de sortir de leur zone de confort soit très positif. La dame rajoute que des situations qui n’engendrent aucun risque fatal comme se présenter à un entretien pour un job ou parler en public est vivement encouragé pour booster notre stress positif. Bof.

Je déteste parler en public et pourtant, j’ai testé la chose de nombreuses fois. J’ai même tenté le théâtre ! Il y a bien une dose de stress positif, je vais tout faire pour ne pas me vautrer en public, mais il y a tellement de stress négatif à côté que je ne suis pas sûre que cela en vaille la peine. Mais évidemment que ce n’est pas si noir ou blanc. Mon exemple est simplement tiré de la remarque de la dame et comme elle, je n’ai pas nuancé mes propos. Parce que dans l’article il est bien précisé qu’il ne faut pas non plus croire que le bon stress domine toujours. Et là, un psychologue ? (je sais pas ce si un “lecturer in psychology” est un psy)  intervient et propose de modifier la détresse ressentie en quelque chose d’agréable en recadrant la situation et tenter d’y voir un défi positif. Et là on entre dans la gestion des émotions (j’ai adoré mes cours sur le sujet) : focaliser son attention sur le côté positif des événements, fuir des situations stressantes, se spécialiser dans la méditation, etc.

On ne le répètera jamais assez, le stress négatif est mauvais pour la santé : les gens tombent facilement malades. L’article mentionne une étude effectuée sur des femmes extrêmement stressées et il ressort que ces dernières ont leur ADN qui montre des signes de vieillissement d’au moins dix ans de plus que leur âge (et moi qui me trouvais déjà vieille, voilà que je viens de prendre dix ans de plus ! ⚰️).

Il faut apprendre à accepter ses émotions, positives comme négatives, prendre le temps de les observer comme la méditation en pleine conscience le conseille, ceci permet déjà de se calmer un peu, de ne plus lutter en permanence.

Comme pour tout, nous ne sommes pas tous égaux fasse au stress : notre environnement compte, notre ADN, ce qui s’est produit alors que nous n’étions encore qu’un foetus ou encore notre histoire de vie. Un des intervenants de l’article conclut : “Sans défi, l’ennui arrive. Une vie avec zéro stress n’est pas une vie digne d’être vécue”.

Et pour terminer en musique, je vous propose moi qui chante sous la douche Duffy avec Mercy

 

Sujet du jour

Pour tenir à jour ce blog, il faut avoir des idées. Oh, j’en ai beaucoup, je me raconte plein d’histoires qu’il faut que je tape ensuite et que je publie mais entre le moment où j’y pense et le moment où je me trouve derrière mon écran, pfffft, les idées sont parties. Parfois je rédige dans ma tête de superbes messages mais ils sont trop personnels pour être publiés. Il y a les articles que je lis à droite et à gauche qui peuvent m’inspirer. Lorsque je les vois sur Twitter, je mets un petit “j’aime” pour le retrouver. Si ce sont des articles de journaux, je note leur titre pour les retrouver assez vite. L’ennui, c’est qu’il m’arrive très souvent d’être une grosse fainéante et que rédiger des articles peut me prendre du temps et rien qu’à l’idée de devoir me concentrer, je fatigue et n’écris rien. Je suis désespérante.

Comme je n’ai rien de tout prêt en ce moment (à part des rapports de mes lectures de livres), je vais voir les “j’aime” laissés sur Twitter et pfff, rien de bien. Je pourrai parler de cette photo vue où vingt-quatre hommes composant un comité XY posent fièrement avec au milieu, pour faire bonne figure, une femme, en visite. La couleur, quant à elle, est unie : blanche.

J’ai vu cet extrait d’une interview de Michel Blanc qui raconte que pendant longtemps, entrer dans un lieu public accompagné d’une femme était gênant car il se trouvait toujours une personne pour lui demander s’il allait conclure, en référence à son personnage de Jean-Claude Dusse dans les Bronzés. Mais pondre tout une page là-dessus?

Je pourrai parler aussi de ces militants qui militent bientôt contre tout. Bienvenue dans le monde de George Orwell et de la pensée unique.

On parle de ce chiot préhistorique découvert dans la glace et très bien préservé ? Il aurait vécu il y a dix-huit mille ans; il n’est pas encore possible de savoir s’il s’agit d’un chien ou d’un loup et cela passionne les scientifiques.

Ou alors il y a cet article sur le stress paru il y a quelque temps dans The Guardian? Mouais, je vais aller le lire et vous en parle demain pour autant qu’il me semble intéressant.

A part ça, samedi je dois faire une présentation orale d’environ 2-3 minutes et qui  compte pour l’examen. Je ne suis pas plus motivée que ça donc je vais attendre la dernière minute pour me préparer. Ensuite est déjà venu le temps des rires et des chants des révisions et comme je n’ai quasiment rien étudié ce semestre, ça va être sympa. Je n’ai pris aucune note et j’avoue ne pas savoir de quoi traite un cours sur les deux derniers mois, j’ai tout laissé tomber. Je ne vise même pas la moyenne; comme j’ai obtenu de bonnes notes jusqu’à présent, je peux me permettre de me planter. Chouette car je n’ai pas l’intention de me prendre la tête. Vivement le semestre prochain qui s’annonce bien plus intéressant.

Et pour terminer en musique, je vous propose David Bowie avec un vieux truc que j’avais déjà posté et auquel j’ai repensé ces jours. Il s’agit de Ching-a-Ling

Elle me fait parler la bougre !

Aujourd’hui je me sens : bien, merci.

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : devinez!

J’ai été super contente de : discuter avec mon oncle, c’est trop rare.

Ça m’a franchement énervé de : non, je ne vois pas…

Ma conversation/situation surréaliste de la semaine : –

Je suis grognon : ben non !

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : des crétins interdisent aux gens d’aller faire leurs achats de Noël le jour de Black Friday ?

C’est exquis de : manger une fondue.

Ça me rend extatique : d’aller courir. Ce lundi soir il faisait particulièrement froid, avec une forte bise en prime.

En ce moment je lis : The Closed Circle de Jonathan Coe

Je dis « respect » à :  moi pour persister dans mes séances de jogging

Je ne résiste pas à : manger des cochonneries

J’vais t’dire une bonne chose : tant que tu me fiches la paix, tu peux faire ce que tu veux.

La pensée hautement philosophique de la semaine : ça fait du bien de dormir.

Je me taperais bien : du filet mignon avec des frites et de la crème en sauce.

J’ai été raisonnable : bof.

Cette semaine pour la première fois j’ai : hésité à sortir ma veste d’hiver. C’est fait aujourd’hui même !

C’est bien la dernière fois que je : –

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappé cette semaine c’est : j’ai regardé d’un oeil distrait l’émission Top of the Pops des années 80 sur BBC4 et c’était sympa de réentendre ces vieux tubes. Voilà, c’est tout.

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : siroter un cocktail au bord d’une plage ensoleillée d’Australie.

Et pour terminer en musique, je vous propose Duran Duran avec All you need is now

Un éléphant ça trompe énormément

Vendredi passé c’était le jour noir pour les portemonnaies. Il y a environ un mois, ma maman m’indique qu’un magasin propose une offre intéressante concernant l’article qu’elle souhaite recevoir à Noël. Je regarde ladite offre et je note que le prix est intéressant. Néanmoins, un problème se pose : le cadeau est énorme. Je peux aller l’acheter durant ma pause, c’est à deux arrêts de métro. La difficulté arrive une fois que je dois prendre mon scooter : comment vais-je transporter ce paquet ? Je renonce à me rendre dans le magasin, tant pis. Je cherche sur internet et je constate que je trouve le même produit à peine plus cher un peu partout. Je décide d’attendre les offres de Black Friday, avec un peu de chance ce sera encore plus avantageux.

La semaine dernière je commence à chercher où je vais aller acheter le cadeau ce fameux vendredi et je déchante. Aux Etats-Unis, ce jour de grande consommation on peut trouver des produits jusqu’à 70% moins cher que d’habitude. En Suisse, on fait plus fort : on trouve les produits jusqu’à 70% plus cher que d’habitude ! Le fameux cadeau a pris l’ascenseur. Bon, je peux attendre encore un peu mais je déteste faire mes achats de Noël au dernier moment, il y a bien trop de monde dans les magasins. Par curiosité, je jette un œil dans le magasin dont m’avait parlé ma maman et là, surprise, il y a une nouvelle offre pour ce fameux vendredi. Je regarde s’il existe une filiale pas trop loin de chez moi.

Ce vendredi, à 8h30 j’embarque le chien, je ne veux pas aller seule affronter la foule. Il y a des embouteillages partout, traverser Nyon est devenu un véritable cauchemar aux heures de pointe. J’arrive au magasin, je suis surprise de constater qu’il n’y a personne. Je cherche mon produit et file directement à la caisse. Un monsieur devant moi a effectué le même achat. J’ai sans doute eu raison de venir tôt. A 9h30 j’étais de retour à la maison avec un cadeau de Noël de fait. Il me reste celui de mon neveu à trouver. L’ennui, c’est que son anniversaire a eu lieu il y a deux semaines et il ne savait pas ce qu’il voulait. J’ai peiné à trouver quelque chose donc là je désespère. J’ai quand même tenté de lui demander ce qu’il souhaitait pour Noël. La réponse me désole : “Toujours pas d’idée”. Je crois que je vais lui offrir l’adoption d’un éléphant

Et pour terminer en musique, je vous propose Desireless avec Qui sommes-nous ?

Le P’tit questionnaire de Mme la Psy

Nouvelle semaine, nouvelles réponses…

Citer une chose de positive que j’ai faite  :
J’en ai fait tellement ! 😎 J’ai sorti mon faux sapin après des années et l’ai décoré. J’avais oublié que je ne mettais plus de boules mais que j’avais acheté petit à petit des petites décorations à pendre aux branches. La guirlande lumineuse ne fonctionne plus et je ne trouve plus le bloc sur lequel brancher mes petites bons hommes de neige lumineux 😔. Le sapin est tout beau mais un peu sombre…

Citer une chose de positive qui m’est arrivée :
Hum 🤔 Je me suis pris un mur en pleine figure à la lecture d’un passage d’un livre et j’en avais bien besoin.

Citer un petit objectif à atteindre  (ne pas oublier de se féliciter lorsqu’il sera accompli) :
Passer l’aspirateur et nettoyer le lavabo de la salle de bains. Ça peut paraître simple mais pour moi c’est une montagne à chaque fois.

J’ai consacré au moins 30 minutes à ne penser qu’à moi et ça m’a fait du bien. J’ai fait quoi ?
J’ai couru sur mon magnifique tapis de course et j’ai décoré le sapin dont je vais être la seule à profiter.

20191129_214411.jpg

Nous possédons cinq sens et ils peuvent tous nous apporter quelque chose de bénéfique.
Alors qu’est-ce que j’ai vu qui ma plu ?
La guirlande lumineuse installée sur mon balcon.

Qu’est-ce que j’ai respiré qui m’a apaisée ?
Une bougie à la cannelle et aux clous de girofle. A présent, elle va diffuser son agréable parfum dans mon appartement.

Qu’est-ce que j’ai entendu qui m’a relaxée ?
La pluie qui s’abattait sur mon casque de scooter. Durant un instant, j’ai oublié tout ce qui m’entourait et j’ai savouré ce son.

Qu’est-ce que j’ai goûté qui m’a apporté une dose de bonheur ?
Un Wrap au saumon et mes toast avec du beurre, du saumon et de la sauce au soja; un régal !

Qu’est-ce que j’ai touché qui m’a calmée ?
Le jour où je le saurai, je vous le dirai.

Et pour terminer en musique, je vous propose Dionysos avec Le Retour de Jack l’Inventeur