Archives

Jamais Trois sans Quatre

20180408_191531.jpg

De quoi s’agit-il ? De mayonnaise. Mais pas de n’importe quelle mayonnaise. Non, une mayonnaise faite par mes soins et dont je suis très fière. Je vous explique.

Je n’aime pas cuisiner. Pourquoi me prendre la tête alors qu’il existe des plats tout prêts, des céréales, des yogourts, du pain avec du fromage, etc. ? Je mange mal et ça me convient. Je compense en mangeant à la cantine du travail à midi durant la semaine. Du moins, ça, c’était avant que débarque ma nouvelle collègue qui vient tous les jours avec ses Tupperware. J’ai donc commencé à venir avec mes petits repas cuisinés par mes soins. Oh, rien de bien recherché ! Et ma collègue m’apprend à me faire des choses simples mais bonnes. Je découvre le goût des échalotes et je réalise que j’aime ça. Quel bonheur de préparer des pommes de terre avec des herbes. Il ne suffit effectivement de pas grand chose pour apporter un petit plus à un repas simple. Et ce samedi j’ai décidé de tenter la mayonnaise. Je demande alors quelques conseils à ma collègue : “Ah, ça je ne fais pas. J’achète”. Tant pis, internet m’aidera.

Je consulte deux-trois sites et me dis que ça va être simple. Pour être sûre de mon coup, je visionne encore une vidéo “mayonnaise facile”. Je regarde le mec battre son mélange avec son petit fouet, flap flap flap et hop, la mayonnaise prend. Je suis là avec mon plat et mon petit fouet, flap flap flap il ne se passe rien. Flap flap flap flap flap toujours rien, je commence à fatiguer. Flap flap flap flap flap flap flap je commence sérieusement à m’énerver. Flap flap flap flap flap flap flap pu#**! de mayonnaise qui ne prend pas. Et ce con dans la vidéo qui annonce tout sourire :  “Et voilà, rien de plus simple” ! “Prends-moi pour une conne pauvre type !”  Je suis légèrement sur les nerfs.

Je cherche une vidéo sur comment rattraper une mayonnaise qui n’a pas pris. Je n’ai plus mon fouet électrique, jeté dernièrement. Des miettes de pain étaient coincées dans le moteur et ressortaient de temps en temps quand j’utilisais l’appareil. Pour rattraper ma mayo, je sors mon mixeur. Je suis les instructions de la vidéo et je m’y mets. Brrrrrrrrrrr (bruit du mixeur) … brrrrrrrrrrr….. rien. Il ne se passe absolument rien. J’ai de l’huile partout, tout est gras et je n’ai toujours pas de cette merde de mayonnaise. Je balance le tout et décide de recommencer, avec une nouvelle vidéo. C’est une Canadienne qui travaille avec son blender. Je fais comme elle. Brrrrrrr…..ça reste liquide. Brrrrrrrrr….je regarde et constate qu’il ne se passe absolument rien. Je dois vraiment être stupide. Brrrrrrr…brrrrrrrrrr….brrrrrrrrr….Je me rends à l’évidence, j’ai préparé une excellente sauce à salade en utilisant un mixeur ! J’abandonne.

Il me reste un oeuf, donc le lendemain je décide de retenter l’expérience. Je mets les ingrédients dans l’appareil et hop brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, je rajoute un peu d’huile brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, et, oh miracle, il se passe quelque chose. Encore un peu d’huile et je laisse à nouveau tourner mon appareil un bon moment et j’ai de la mayonnaise qui apparaît. Youpie, je sais faire de la mayonnaise ! Aujourd’hui je vais à nouveau investir dans un fouet électrique pour mon prochain essai.

Et pour terminer en musique Je vous propose Vanessa Paradis & Benjamin Biolay avec Pas Besoin de Permis

 

Advertisements

Jour de Neige

Aujourd’hui j’ai pris congé et il se trouve que ça tombe bien. En effet, il a bien neigé cette nuit et il paraît que c’est le gros caca avec les transports en commun. Je suis bien chez moi.

Pourquoi j’ai pris congé ? J’avais envie. Rien de prévu. Du coup, se pose la question de quoi faire de cette journée. Des occupations, j’en ai plusieurs en tête mais laquelle choisir?

20180301_084738.jpg

Je peux avancer dans mes lectures 8 et 9 (je parlerai des 6&7 une autre fois).

Je peux étudier ou finir mon devoir sur le métier d’étudiant, devoir que je trouve extrêmement pénible.

20180301_084639

Je peux jouer aussi. J’ai dépoussiéré le premier jeu que je compte enfin terminer ou alors avancer dans le nouveau, à droite…

J’ai également le dernier épisode de la dernière saison d’Engrenages à regarder. C’est Valérie qui en parlait et je lui répondais que je trouvais cette série un peu violente. Finalement, je l’adore. Oui, certains personnages sont de la méchanceté à l’état pur et ça me stresse donc je me rappelle régulièrement qu’il s’agit de comédiens…

20180301_084715

Il y a également la possibilité de rester vautrée dans mon canapé, écouter des deux CD tout en regardant tomber la neige.

J’hésite….

Et pour terminer en musique je vous propose Romain Humeau avec Quixote

Jésus Jésus Jésus revient…

Je fais une allergie à tout ce qui touche à la religion. Chacun est libre de croire en ce qu’il veut, laissez-moi libre de ne pas croire en Dieu. Mais ceci n’est pas le sujet du jour même si la religion se tapit juste là.

Je lisais le billet du jour sur le site de DrCaSo et me suis arrêtée sur un commentaire (je lis toujours les commentaires des sites que je visite). Kine70 y parle d’un bouquin A Complaint free world de Will Bowen. Comme je suis curieuse je clique sur le lien. Il s’agit d’un bouquin classé sous “spiritualité” selon certains et qui prône le fait d’arrêter de râler en 21 jours. En farfouillant le net, je vois que l’auteur a été pasteur. Je marque alors un temps d’arrêt. J’ai décidé de passer outre et me lancer dans la lecture de ce qui ne devrait pas me faire de mal. Caroline, on verra plus tard si je te dis merci.

Samedi j’avais les cours. Avec une copine, on discute de nos espoirs et nos doutes. Là, elle me parle d’un bouquin qui l’aide bien Conversations avec Dieu de Neale Donald Walsch. Je fais donc quelques recherches et tombe rapidement sur un film tiré de la vie de l’auteur, du même titre que le livre. J’ai regardé le film en français (mauvaise idée, les rires forcés des acteurs m’horripilent). Je reste sur ma faim. Je vais lire ensuite les commentaires des lecteurs sur Amazon. Et je constate ce que je pensais déjà; c’est simplement une suite d’idées rabâchées par les ouvrages sur le développement personnel. J’y vois une similitude avec le livre Le Secret. J’ai ce dernier, je vais sans doute me contenter de le relire. Ca ne peut pas me faire de mal. Je choisis de faire l’impasse sur les Conversations.

Unknown-1.jpeg

Dans un tout autre registre, Dr CaSo, toujours elle, avait évoqué en passant la série The Good Place. J’avais lu de mauvaises critiques là-dessus et n’avais jamais regardé le moindre épisode. Pourtant, cette fois-ci j’ai décidé de tester. Il s’agit d’une série totalement absurde qui me fait bien rire avec Ted Danson et Kristen Bell entre autres. Le sujet ? Une femme se retrouve au Paradis alors qu’elle devrait loger en Enfer. Encore un truc avec la “religion” en trame de fond.

Je crois que Dieu essaie de me parler…

Et pour terminer en musique je vous propose Pendant que les Champs brûlent de Niagara. Chanson redécouverte à l’occasion de la sortie d’un album de reprises des ballades du groupe.

J’ai certainement déjà dû le dire ici, mais j’adore la fondue. Donc lorsqu’on m’a proposé de monter à la Barillette pour en manger une, je n’ai pas hésité une seconde. Avant d’aller manger nous avions décidé d’aller promener nos chiens sur les hauteurs. Malheureusement, le sommet était bien couvert et il faisait froid. Nous sommes donc arrivées très tôt au restaurant. Le soleil semblait se montrer conciliant donc nous avons opté pour manger sur la terrasse. Nous avons eu bien raison. Sauf qu’il a commencé à faire très chaud ! Nous nous sommes dit que nous allions souffrir en mangeant notre délicieuse fondue. Mais, le ciel toujours aussi sympathique, s’est couvert à nouveau durant notre repas. C’était parfait. Pour la petite anecdote, j’ai discuté avec le patron et il se trouve que nous étions en apprentissage ensemble…il y a fort longtemps 😁.

Et n’oublions pas la magnifique vue depuis la terrasse du restaurant :

P1060131P1060132P1060133P1060135

Et pour terminer en musique je vous propose le nouveau single du groupe Indochine La Vie est belle

Cinq fruits par jour

Cet été, l’agriculteur de mon village m’avait proposé d’aller cueillir des cerises. Il m’avait même indiqué où se trouvaient les meilleures. Ça faisait des années que je n’avais pas autant mangé de ces fruits-là. Pour le remercier, je lui avait préparé des cupcakes qu’il m’a dit avoir appréciés. Il va falloir que je me remette aux fourneaux car cette fois-ci, il m’a invitée à aller me servir de pommes, mirabelles et pruneaux. J’y suis donc allée et il n’y a pas à dire, les fruits c’est bons (même si pour l’instant j’ai fait l’impasse sur les pommes alors qu’il faudrait que j’aille en cueillir pour préparer une bonne tarte).

 

Et pour terminer en musique je vous propose Calogero avec Je joue de la musique. Je trouve la mélodie sympa mais si les paroles m’horripilent…

Les semaines se suivent…

…et ne se ressemblent pas.

Comme Dr Caso était en Suisse pour une semaine, je lui ai proposé d’aller manger une fondue à la Barillette. C’est à environ trente minutes de chez moi, là-haut sur la montagne. L’ennui, c’est que le jour convenu il faisait plus de 35 degrés en plaine. Un peu chaud pour une fondue. Comme il faisait beau, nous pouvions au moins profiter de la vue et manger quelque chose d’un peu plus léger. Cependant, une fois sur place, nous avons constaté que la température n’était pas la même en hauteur. Il faisait même frais. Donc non seulement nous avons dégusté une délicieuse fondue mais en plus nous avons profité d’un panorama magnifique. Ce fut une soirée très agréable.

Vendredi soir, c’est avec une autre amie que je suis sortie. Nous voulions manger une glace et boire un verre. Évidemment qu’il était impossible de se poser à la terrasse d’un restaurant si nous ne voulions pas de repas. Il faut croire qu’une terrasse à moitié vide rapporte assez aux restaurateurs. Du coup, nous nous sommes retrouvées au bord du lac, vers une buvette sympathique. En plus, le propriétaire nous a préparé une jolie petite table quasiment les pieds dans l’eau. Ce soir-là il faisait encore bien chaud et la soirée fut également agréable.

Ces petites soirées donnent un air de vacances alors que je travaille durant la semaine. Ca change du train train quotidien.

Et pour terminer en musique Je vous propose My Heart is a river de Robot Koch et Savannah Jo Lack featuring Delhia de France

Le Bénévolat et moi

Il y a quelques années, je souhaitais me lancer dans le bénévolat. Je m’ennuyais ferme dans mon travail et j’avais envie et besoin de me sentir utile ; le bénévolat me semblait alors une bonne alternative. J’ai parcouru plusieurs sites pour voir les choix possibles. J’ai éliminé tout ce qui était contraignant : loin de chez moi et un nombre d’heures fixes à donner chaque mois. Pas envie de commencer à pointer en plus du travail. J’étais finalement tombée sur quelque chose qui me plaisait et j’avais rempli le formulaire de contact. Je n’ai jamais été contactée.

L’année dernière, mon envie m’a repris. Nouvelles recherches et nouveau formulaire de postulation rempli. Cette fois-ci j’ai été contactée par téléphone et n’ai pas entendu l’appel. Heureusement, la personne avait laissé un message. J’ai donc rappelé. La téléphoniste qui a répondu m’a informée qu’il fallait que je rappelle le lendemain matin. J’ai rappelé deux fois, personne n’a jamais décroché. Et personne ne m’a jamais rappelée.

Mon papa est curateur de plusieurs personnes. Après avoir discuté de la chose, je me suis dit que ça, ça me correspondait bien. Il m’a alors expliqué les démarches à entreprendre. J’appelle donc le service concerné et j’explique que je souhaite devenir curatrice. “Ah….oui….heu….votre nom ?…. vous habitez où ?…..” puis la dame au bout du fil m’informe que finalement il faut que j’envoie un mail qui explique ma motivation et mon parcours. J’ai fortement hésité. La dame n’avait pas l’air motivée à m’aider et je n’avais pas envie de rédiger mon CV et l’envoyer sur une adresse générale. Après deux semaines d’hésitation, j’ai trouvé une solution. Le canton de Vaud lançait une campagne générale pour recruter des curateurs privés. Il fallait alors s’inscrire et une personne nous contacterait. J’ai postulé le premier jour de la campagne. Deux mois après, personne ne m’a contactée…

Je crois que mon temps libre et mes compétences, je vais les garder pour moi.

Et pour terminer en musique, je vous propose un groupe suisse, Aliose, avec Vient la nuit.