Archives

Lala Dirla dada

Ma semaine en vrac…

Une copine m’expliquait qu’elle se faisait taper par ses élèves. Elle a demandé à changer de classe et a à présent des petits choupinous qui veulent lui faire plein de câlins quand elle arrive le matin. Elle est ravie.

J’ai discuter de l’alignement des étoiles, de la chance, de se trouver au bon endroit au bon moment avec l’assistante de mon médecin. Je crois que je vais reprendre rendez-vous rien que pour continuer notre conversation.

En fin de journée, ma collègue a regardé combien nous avions servi de clients : vingt en tout. Si on compte deux minutes par client, je vous laisse faire le calcul pour voir combien de temps j’ai été occupée durant ma journée de travail. Hier, j’étais seule, et j’ai servi cent clients. Je crois que ma collègue me sert de dame de compagnie en fait.

Nous avons parlé racisme car un gamin, métisse, s’est fait accuser de plein de choses car c’est connu que les métisse de douze ans sont responsables de toutes les dégradations qui ont lieu sur terre. Et comme preuve, on a une photo dudit gamin qui pose avec ses potes comme le font tous les ados. La photo date d’il y a un mois, n’a rien à voir avec les dégradations mais voyez-vous, on note qu’il y a un métisse dans la bande donc ça ne peut être que lui !

Je croise une copine et lui propose de venir manger à la maison un de ces quatre. Je lui demande si elle préfère venir seule ou avec son mari. “Ah, ben s’il y a un verre à boire, Eric sera content de venir”. Bien sûr qu’il y aura un verre à boire. J’aime bien Eric, il me fait rire ; il bougonne souvent, on dirait moi !

Et pour terminer en musique, je vous propose Editors avec Cold

Advertisements

Humeur du jour

20190320_080804

J’ai pris l’habitude depuis 2014 de noter chaque jour le matin au travail, deux à trois lignes sur mon ressenti du moment ou un anecdote qui m’est arrivée. Au départ c’était parce que je stressais tellement pour mes examens et que je trouvais intéressant de noter ce que je vivais sur le moment. L’idée c’était que ça m’aide à moins stresser lors de la session suivante. Je sais que deux jours avant les examens, l’impression de ne rien savoir du tout est due au stress puisque je le note chaque fois et que je m’en sors plutôt bien. Mais à part ça, noter que je stresse comme une malade ne m’est d’aucune utilité. Il m’aura fallu presque cinq ans pour m’en rendre compte. Je réagis très vite 😂.

De plus, j’ai réalisé que ce que j’écrivais était plutôt négatif. Là aussi, c’était pour voir si mon humeur évolue avec le temps. Me dire “tient, en mars 2018 j’allais moins bien qu’à présent”. Et ? Si je vais mieux aujourd’hui qu’à la même période l’année dernière, à quoi est-ce que cela est dû ? Ben, je n’en ai aucune idée. Donc si le mois prochain je vais bien plus mal qu’en 2017, je ne sais pas ce que j’ai fait il y a deux ans pour que tout roule. Je n’ai pas noté la recette miracle.

Depuis quelque temps j’essaie de noter des choses plus pertinentes. Mais c’est difficile. La température, c’est juste pour le plaisir. L’année dernière j’ai pris le bus durant à peu près cinq mois en hiver à cause du gel ou de la neige. Cette année, 1 mois. Le poids, c’est pour surveiller quand je mange trop de cochonneries. Une fois par mois j’ai un kilo de plus, c’est normal. Le reste du temps, je suis quasiment toujours au même poids. L’humeur, ben pour surveiller… Ensuite j’essaie de noter trois choses positives qui me sont arrivées. Je me dis que ça peut faire partie de la recette miracle. Cependant, en ce moment, c’est presque mission impossible. Je dors mal, je suis fatiguée. J’arrive au travail où je m’ennuie ferme toute la journée. En ce moment, ma collègue est absente, donc je n’ai pas de compagnie avec qui papoter. Je rentre le soir totalement épuisée avec l’envie d’aller au lit à 18h. Je lutte jusqu’à 21h quand j’y arrive puis dodo et rebelote. C’est donc difficile de trouver des choses positives à raconter puisque je ne fais strictement rien. Le vendredi je me traîne péniblement pour aller faire mes courses, le samedi je me réveille lentement et le dimanche j’ai enfin retrouvé la forme. Mais qu’est-ce qui vient après le dimanche ???? Le lundi ça va encore et le mardi je suis à nouveau dans le brouillard. Qu’on ne vienne pas me dire que n’avoir rien à faire de ses journées de travail c’est trop génial parce que là, j’ai juste envie de taper le prochain qui me sort ça !

Mais demain, je pourrai quand même noter que j’ai fait un téléphone aujourd’hui 😊.

Et pour terminer en musique, je vous propose Franz Ferdinand avec Words so leisured

Chasse d’eau

Ca a débuté discrètement durant le week-end. Un bruit étrange dans ma chasse d’eau. Puis le flotteur a décidé de ne plus effectuer correctement son travail; l’eau coulait en permanence après avoir tiré la chasse. J’ai donc démonté le panneau avant et les deux derrière pour pouvoir monter le flotteur manuellement. Une fois, deux fois, puis j’ai tout laissé démonté, ça allait plus vite.

20190317_093829.jpg

J’ai cherché sur internet des vidéos qui m’expliquent comment démonter le tout pour effectuer une réparation moi-même. J’en ai trouvé une sympa. Cependant, le type précise qu’il faut “ôter délicatement…” et là, je suis déjà perdue. Le mot “délicatement” m’a stressée. J’ai décidé de tenter l’opération le vendredi matin en me disant qu’il me restait assez de temps pour demander de l’aide en cas de besoin et ce, avant le dimanche. Alors?

Depuis jeudi soir, mon flotteur fonctionne à nouveau. Je n’ai absolument rien fait. Samedi je me suis décidée à remonter les panneaux puisqu’à chaque fois que je tirais la chasse d’eau, tout se passait comme il faut. Un ange gardien a dû venir réparer la chose en mon absence. Pourtant, je n’en avais parlé à personne…

Et pour terminer en musique, je vous propose U2 avec Magnificent

Les p’tits souvenirs

Comme d’hab., l’original est .

Si une grosse catastrophe allait arriver et que vous ne pouviez garder que cinq objets, quels seraient-ils ?
Je n’aime pas ce genre de questions. Suivante…

Quels sont les compliments que vous avez reçus qui vous ont le plus touché(e)?
Le problème est que j’ai tellement peu confiance en moi que je ne crois pas les compliments que l’on me fait. Du coup, je les oublie très vite. En revanche, je retiens, hélas, assez facilement les critiques négatives…
Pendant longtemps j’aimais beaucoup quand on me disait au travail que j’apprenais vite et que j’étais rapide. A présent, ça ne me fait ni chaud ni froid, étant donné que mes chefs n’apprécient jamais ces compétences car ça leur fait peur et par conséquent, ça ne m’est d’aucune utilité. Et ça ne m’aide pas à décrocher un job intéressant.

 

De quoi avez-vous le plus peur?
De souffrir. De la maladie, d’un accident, émotionnellement. Pour ce dernier point, j’ai évité pendant des années toute relation sentimentale pour éviter de souffrir. Au final, je comprends enfin que je passe peut-être à côté d’une jolie période de bonheur. Quant aux amis, j’ai diminué drastiquement le nombre et même comme ça, j’arrive à avoir mal. C’est pourquoi je commence à me dire que toutes ces protections ne servent à rien et qu’il est temps que je m’ouvre un peu plus.

Quelle est votre plus grande source de stress?
Je suis une grande anxieuse donc tout peut être source de stress. Mais je m’améliore.

S’il fallait que vous ne mangiez qu’une seule chose pendant un mois, que choisiriez-vous?
Des pâtes, j’adore ça. Et ça ne me pose aucun problème d’en manger tous les jours. Du reste, j’en ai aujourd’hui.

Quel est le plus bel endroit où vous soyez allé?
Sans aucune hésitation : Antelope Canyon. Un monde à part.

Qu’est-ce que vous avez fait de sympa ce weekend?
Heu…samedi j’avais les cours donc c’était sympa de revoir les copines et papoter. Le soir, en général, je suis KO et c’était le cas cette fois-ci encore. Dimanche, rien de particulier. Regardé un épisode de True Detective, lu pour le plaisir, balade avec le chien le matin car ensuite il a fait un temps de merde, rangé le peu qui traînait, nettoyé le seul tiroir de la cuisine que je n’avais pas fait…et où j’ai attrapé des mites grâce à mes pièges, préparé une excellente tarte aux pommes et mon repas pour les deux jours suivants.

Et pour terminer en musique, je vous propose The Handsome Family avec Far From Any Road

Repos

Samedi, j’avais les cours toute la journée. Quelqu’un a proposé que nous allions manger sur la terrasse d’une cafétéria de l’université. Il faisait un temps magnifique, et nous mangions avec cette superbe vue…

20190316_130528.jpg

Et pour terminer en musique, je vous propose The Black Angels avec Young Men dead

I like your smile

Comme je le racontais hier, j’ai dit une ou deux fois à des artistes que j’aimais leur travail en postant sur Twitter ou Instagram. J’essaie, depuis peu, de dire aux personnes concernées ce qui me plaît. Plus jeune, quand j’étais bouleversée par un livre, j’avais envie de contacter l’auteur pour lui signaler à quel point son histoire m’avait émue. Evidemment, je ne l’ai jamais fait. Ecrire une lettre ? Mais à quelle adresse ? Aujourd’hui, beaucoup d’artistes sont accessibles grâce aux réseaux sociaux. Je le répète, ce ne sont pas toujours eux qui gèrent les comptes mais si on les suit régulièrement, on le sait très vite. Mais peu importe au final puisque l’important c’est de partager son ressenti.

Pourtant, lorsque nous sommes fâchés, nous partageons facilement ce fameux ressenti. La tendance à l’action est forte. Il faut savoir que chaque émotion est reliée à un événement. L’émotion est brève. Elle se manifeste par des réactions motrices. Pour la colère, les sourcils qui se rapprochent par exemple et il y a la réaction physiologique comme une montée de transpiration ou les battements du coeur qui s’accélèrent. Et il y a la tendance à l’action : je pointe du doigt, je me rapproche de la source de mon mécontentement, j’exprime mon désaccord. Et sur les réseaux sociaux, les gens s’en donnent à coeur joie. Alors pourquoi ne pas se manifester quand nous sommes heureux ?

Mon introversion ne me pousse pas à aller vers autrui et mon anxiété sociale encore moins. Pourtant, j’ai décidé de réagir quand je suis contente. Par écrit, donc, même si je tremble au moment de faire “envoyer” et vingt mille pensées négatives m’assaillent. Comme je travaille dans un service à la clientèle, je me force aussi à dire ce qui me plaît : “Oh, j’aime beaucoup votre bague”, “Comme votre robe me plaît !”, “j’adore la couleur de vos cheveux”. C’est un exercice qui m’est difficile et que je ne pratique pas assez. Or, recevoir des mots gentils, c’est agréable, non ? Même s’il y a un moment d’embarras, ces mêmes mots peuvent nous réconforter un peu plus tard dans la journée. Et qui sait, peut-être que ce simple échange peut faire un bien fou à une personne qui en avait bien besoin ce jour-là !

Et pour terminer en musique, je vous propose Billy Joel avec The River of Dreams

 

Un km à pieds, ça use, ça use…

2019_03_12_10_27_46_Coop_Supermarché_Lausanne_Caroline_Google_Maps_

Tous les soirs, je fait 1,8km à pieds de mon travail jusqu’à la gare. Je profite des jours plus frais dès l’automne jusqu’à la fin du printemps en général. Durant l’été, j’opte pour le métro car sinon j’arrive toute transpirante dans le train et c’est désagréable. Ce lundi soir, en cours de route, j’ai pensé à prendre quelques photos.

20190311_162858

  1. Si j’avais pris la photo après avoir traversé la route, on aurait pu voir la cathédrale au loin sur la droite.

20190311_163057

2. Il y a plusieurs endroits sur le parcours qui permet d’avoir une vue sur le lac et j’aime ça.

20190311_163155

3. Rue piétonne agréable à faire dans le sens de la descente, comme moi, car c’est pendu !

20190311_163317

4. La rue piétonne débouche sur cette place. Au fond, il y a un passage qui permet de passer sous la route et éviter d’attendre aux feux de circulation sur une rue très fréquentée.

20190311_163527

5. Rue bien connue des piétons qui la montent tous les matins, tellement elle est pénible.

20190311_163806

6. Toujours dans le sens de la descente. Je ne fais jamais le trajet à pieds dans l’autre sens…sauf en cas de panne de métro, ce qui est heureusement très rare.

20190311_164148

Et voilà mon train qui arrive. Deux minutes après avoir pris cette photo, il s’est mis à neiger. Voilà, j’espère que cette minuscule balade dans les rues de Lausanne vous a plu.

Et pour terminer en musique, je vous propose Richard Ashcroft avec We all bleed