Archives

Râlons un coup

Questionnaire de Mahie : https://wp.me/pPw2t-65s

Aujourd’hui je me sens : plus ou moins bien.

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : Jeanne, croisée alors que nous promenions nos chiens.

J’ai été super contente de : bosser sur mon dossier « suicide ». Il faudrait que je le relise et peaufine d’ici ce soir. Je ne veux plus en entendre parler ensuite.

Ça m’a franchement énervée de : pfff, tellement de choses m’énervent en ce moment. Faut vraiment que je me calme.

Je suis grognon : pas encore mais il n’est que 10h30.

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : le lobby des restaurants estime que les mesures mises en place sont trop restrictives : 4 personnes par table c’est pas suffisant et 2 mètres de distance entre chaque table c’est trop. Qu’on est bêtes : le virus, dès qu’il voit un restaurant, il se barre. On devrait le savoir, non ? Le pire ? C’est qu’il va probablement avoir gain de cause alors qu’on arrête de nous casser les pieds ailleurs !

C’est exquis de : faire des grillades sur le balcon.

Ça me rend extatique : rien. Je ne vois rien de positif dans un avenir proche.

En ce moment je lis : Casa Rossa de Francesca Marciano.

Je dis « respect » à : ceux qui me supportent car je ne suis pas facile en ce moment.

Je ne résiste pas à : manger des cochonneries.

J’vais t’dire une bonne chose : j’ai besoin de vacances.

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond : Tom Jones qui passait à la radio.

Je me taperais bien : des filets de perche avec frites et un bon petit verre de vin blanc bien frais.

J’ai été raisonnable : sans plus.

Cette semaine pour la première fois j’ai : je ne vois pas…

C’est bien la dernière fois que je : vais bosser ?

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappé cette semaine c’est : tout est déprimant…

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : je suis très bien, assise sur mon canapé. J’entends le piaillement des oiseaux.

Et pour terminer en musique, je vous propose France Gall avec La Chanson d’Azima

Tapis

Hier, il n’y a pas eu de message car j’ai tout simplement oublié… Voilà !

Aujourd’hui je vais vous parler de l’envie que j’ai : j’aimerais faire un tapis comme ceux-ci :

Ce sont les tapis à pipi de mon chien. Un dedans pour la journée. Quand je suis au travail, il est tout seul (avec le chat) à la maison et il faut bien qu’il puisse se soulager s’il en a besoin. D’où le tapis à pipi. Celui sur le balcon c’est pour le matin. Dès que je me lève, Monsieur veut faire pipi donc hop, j’ouvre le balcon et il va faire ce qu’il a à faire. Pendant ce temps, je peux émerger gentiment.

En fait, je parle de faire un tapis parce que ça me plairait bien. J’ai vu qu’il me faudrait un grand métier à tisser ou alors que je le fabrique moi-même. Je déteste bricoler, c’est mal barré. J’ai vu qu’il en existait des petits pour faire des nids à poussière à accrocher aux murs. J’ai déjà bien assez de poussière chez moi. Je veux faire un tapis ! Je suis sûre que c’est l’idéal pour se détendre tout en écoutant de la musique, un podcast, un livre audio, voire regarder une série à la télé. Faut que je débute mes recherches sur internet. Je ne vais pas aller faire les magasins, c’est encore bien trop anxiogène pour moi. J’aimerais un pied de tomates cerise et du basilic pour planter sur mon balcon mais je refuse d’aller dans une jardinerie pour l’instant. Alors vous pensez bien qu’un métier à tisser, ça peut attendre…

Et pour terminer en musique, je vous propose cette chanson que Spotify m’a proposée hier. Je me suis revue en enfance. Je devais avoir 10-11 ans… Lio avec Amoureux Solitaires

Cassée…

Aujourd’hui une cliente se plaint car vendredi nous sommes fermés : « Oui, la dame qui travaille là le vendredi est actuellement en arrêt pour cause d’accident ». « Mais comme jeudi est férié, vous pourriez venir travailler le vendredi pour compenser ! » J’ai eu une forte envie de lui faire manger ses dents.

Plus tard, une autre cliente se pointe, me salue et attend. Je lui demande alors ce qu’elle souhaite. « Je ne sais pas, on m’a dit de venir vers vous ». « Et comment voulez-vous que je sache ce qu’il vous faut si vous-même n’êtes pas au courant ? » « On m’a dit de vous payer 30.- » « Ah, ok, alors vous venez pour acheter XY. Trente francs s’il vous plaît. » « Je ne les ai pas ». 🤬Elle est revenue deux heures après…avec trois francs !

Mon réveil ne se met plus à l’heure automatiquement. Je ne sais donc jamais quelle heure il est lorsque j’ouvre les yeux. Ce matin il avait une heure d’avance. A présent, juste trente minutes. J’en déduis qu’il a réussi à se remettre à l’heure à un moment donné. Il ne m’est plus d’aucune utilité, il réussit juste à m’agacer. Tout comme ma chasse d’eau que je n’ose plus tirer si je dois partir. Une fois sur trois, elle ne s’arrête pas et je dois taper dessus pour que l’eau arrête de couler. En parlant d’eau, j’ai fermé le robinet qui approvisionne mon lave-vaisselle puisque ce dernier ne chauffe plus, je ne l’utilise plus. Cependant, je ne peux pas débrancher l’électricité car tous les deux jours à peu près, je dois le vidanger : l’eau, qui s’écoule du lavabo, remonte à l’intérieur et j’ai droit à une délicieuse odeur d’égouts dans tout mon appartement.

Je continue à prendre du ventre, bientôt je vais faire concurrence à ma voisine enceinte, qui arrive gentiment à terme.

Vous l’aurez compris, j’ai vécu une journée plutôt morose. Alors j’ai décidé d’en parler ici. Ensuite j’ai relu, modifié 2-3 trucs et j’ai relu à nouveau. A nouveau, une ou deux corrections et j’ai encore relu. A la fin de cette troisième relecture, j’ai réalisé qu’il n’y avait pas de quoi me mettre dans un état de déprime profonde. Mon moral est remonté et pour couronner le tout, j’ai presque passé une bonne nuit. Comme quoi, mettre par écrit ses tracas du quotidien, les relire et imaginer qu’on en parle à plusieurs personnes permet de prendre un peu de recul et voir que le ciel n’est pas si noir. Et si vous ne savez pas où écrire, venez mettre un commentaire et relisez-le plusieurs fois avant de le valider. Et même pas besoin de le publier; si vous constatez que ça vous a déjà aidé, c’est suffisant 😊.

Et pour terminer en musique, je vous propose Moby avec My only love

Ile paradisiaque

Depuis quelque temps, je lis ici et là que le jeu nunuche Animal Crossing pour la Switch est idéal en cette période de stress. J’avais déjà testé par le passé une autre version de ce jeu et je n’avais pas été emballée. Mais cette fois-ci, je me suis dit que ça m’aiderait peut-être à me déconnecter du stress ambiant. J’ai acheté le jeu en me disant toutefois que je faisais une bêtise.

Puis j’ai attrapé une migraine. Je sais que je dois réussir à me détendre si je veux qu’elle passe vite. Sinon j’en ai pour quatre jours. Je suis alors allée promener avec le chien et j’ai écouté les oiseaux et les grillons. Durant un instant, j’ai cru que ma migraine était passée. Mais non, de retour chez moi, ça frappait dur dans mon cerveau. J’ai fait la vaisselle et à nouveau, prise dans la tâche, j’ai remarqué que je n’avais pas mal. Mais sitôt l’activité terminée, mon attention était à nouveau focalisée sur les martèlements dans ma tête. J’ai alors sorti mon jeu.

20200517_1828356849415868810444171.jpg

Coucher de soleil sur mon île…

J’ai joué toute la journée ! Je me sentais bien. Je ne pensais à rien en particulier, me contentant de pêcher des poissons, planter des arbres, cueillir des cerises, attraper des papillons dans mon filet. C’est effectivement l’idéal pour se déconnecter du quotidien. Et le soir-même, ma migraine avait disparu ! Je suis devenue accro : j’ai besoin de ramasser des coquillages sur mon île et construire les outils nécessaires à ma chasse. J’hésite à prendre le jeu au boulot pour passer le temps et rester zen. Mais si je le prends, je ne vois vraiment pas quand je vais bosser mes cours…

Et pour terminer en musique, je vous propose Half Moon Run avec Grow into love

Cui-Cui

Le chien adore déchiqueter ses jouets. C’est pourquoi j’attends qu’il ne reste qu’un lambeau qui ne ressemble à rien pour investir dans une nouvelle peluche qui subira le même sort. La chatte, elle, a une autre occupation.

20200515_164219.jpg

Elle attend patiemment sur le balcon avec l’espoir qu’un oiseau se pose à portée de ses dents. Elle passe des heures à les observer, surtout depuis qu’ils nichent dans le caisson de mes stores. Il y a un énorme va-et-vient. C’est pourquoi j’étais surprise ce dimanche de voir ma Chouchou jouer avec un morceau de peluche du chien. Je voyais le lambeau à l’intérieur et elle qui tentait de l’attraper depuis l’extérieur, entre le rebord et l’ouverture du balcon. Elle a vite réussi et a joué un moment dehors puis a ramené le jouet au salon.

Plus tard dans la journée, j’ai voulu jeter ledit jouet…

20200516_1533312001444130833060188.jpg

La prochaine fois que je la vois jouer avec un « jouet du chien », je mets mes lunettes et je vérifie ce qu’elle fait…

Et pour terminer en musique, je vous propose Romain Humeau avec Echos

Tête en l’air

Ce matin, en partant travailler, je croise une voisine dans le garage. Elle se met à rire et m’explique qu’elle avait gardé ses pantoufles aux pieds. Elle rentre vite se changer et je lui souhaite une bonne journée. Je démarre. J’arrive juste derrière le bus, ce qui veut dire que je suis partie une minute plus tard que d’habitude. Pas grave, j’ai encore le temps. Je n’aime juste pas devoir m’arrêter à tous les arrêts dudit bus. Je me dis que c’est mon jour de chance quand je constate que le bus continue sa route sans ralentir. Et soudain, je réalise que je n’ai pas mon sac !

Demi tour, montée des escaliers au pas de course, prendre mon sac, lancer une nouvelle friandise au chien pour qu’il n’aboie pas en me regardant partir, redémarrer le scooter et hop. J’ai rattrapé le bus juste avant la gare, je savais que j’étais alors dans les temps. Comme ma collègue ne travaille pas, si j’arrive en retard, il n’y a personne pour ouvrir le bureau. Dire que j’ai loupé le train alors que je commence toujours plus tard que les horaires normaux, ça n’est pas terrible.

En fin de matinée, je discute avec la postière qui me raconte avoir renversé son thé froid dans son sac en partant et dans la précipitation, elle a embarqué avec elle le mauvais tupperware. Son repas est resté à la maison.

C’est incroyable, on pourrait presque croire qu’il existe quelque chose qui stresse les gens en ce moment 😷.

Et pour terminer en musique, je vous propose Nothing but Thieves avec You know me too well

 

J’teul’fais pas dire

Questions de chez Mahie.

Aujourd’hui je me sens : bien, c’est dimanche, il fait beau.

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : Jeanne. Nous sommes allées promener nos chiens. Et nous avons croisé Désirée avec sa chienne.

J’ai été super contente de : me remettre à lire.

Ça m’a franchement énervée de : pfff comme je suis sur les nerfs, beaucoup de choses m’énervent.

Ma conversation/situation surréaliste de la semaine : alors que je sors de la pharmacie, un gars m’accoste pour me demander s’il reste des masques en vente. Je n’en porte pas, je n’ai pas de blouse blanche, comment puis-je savoir ce qui est en vente ou non ?

Je suis grognon : pas aujourd’hui mais si les gosses continuent à brailler sous mes fenêtres, ça risque de changer. Ah, ils sont partis 😊

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : le masque ne soit pas obligatoire dans les transports publics et qu’on nous rappelle que le moyen le plus sûr pour se déplacer est la voiture, moto ou scooter mais qu’il ne faut pas oublier de laver selle, guidon, volant, boîte à vitesse, tableau de bord pour éviter la propagation du virus.

C’est exquis de : manger une glace sur le balcon en écoutant les cloches des vaches.

Ça me rend extatique : nan, je ne vois pas.

En ce moment je lis : rien, je viens juste de terminer un bouquin 😬

Je ne résiste pas à : un petit whisky, le soir, pour autant que je sois détendue. Sinon je ne bois pas d’alcool.

J’vais t’dire une bonne chose : l’avenir s’annonce moche et j’espère vraiment me tromper.

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond : j’ai entendu deux fois la même chanson vendredi mais comme ma voiture est pourrave, les titres ne s’affichent plus sur l’autoradio. Donc je n’ai aucune idée de qui chantait. Une bonne femme à la voix grave.

Je me taperais bien : une bonne dose de confiance en moi.

J’ai été raisonnable : ni plus ni moins.

Cette semaine pour la première fois j’ai : vu des douilles de pistolet? fusil ? au bord des champs.

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappé cette semaine c’est : faut que j’arrête de lire la presse car voir la dictature qui s’installe aux USA est assez anxiogène.

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : je suis à la maison et j’y suis bien.

Et pour terminer en musique, je vous propose Matt Bellamy avec Tomorrow’s world