Archives

Des pyramides ?

Lors de ma balade en Valais, j’ai appris l’existence des Pyramides d’Euseigne.

Je n’en avais jamais entendu parler !

C’est impressionnant ce que la nature peut créer.

Ce qui est plus impressionnant encore, c’est de voir ces gros morceaux de rocher tenir sur ces pics.

Et pour terminer en musique, je vous propose Akasa avec One night in my life

Répulsif pour guêpes

Pour faire fuir les guêpes, il suffit de poser du café en poudre dans un récipient et le faire brûler. Les guêpes n’aiment pas, elles s’en vont. J’ai des vieilles capsules de café périmées depuis longtemps. J’en prends une, prépare le tout et me déplace sur le balcon. Comme c’est la fin de la journée, je réalise vite que je ne suis pas importunée donc je n’allume pas mon café. Je laisse le récipient dans mon salon. Une agréable odeur se répond dans la pièce. J’aime. Je ne comprends pas pourquoi j’ai horreur de cette boisson qui sent si bon.

Le lendemain matin, je retrouve l’araignée qui squattait mon plafond depuis deux semaines, morte par terre. La punaise qui ne bougeait pas du plafond, s’est enfin déplacée, a volé avec peine et est sortie de chez moi. Serait-ce dû au café ?

Je n’ai pas bougé le récipient, je ne sens plus l’odeur. Mais deux jours plus tard, une autre araignée pend,morte, au bout de son fil. Autant vous dire que j’ai préparé une petite assiette avec du café que j’ai déposée dans ma chambre. Si un truc aussi simple et naturel me débarrasse de toutes ces bestioles, c’est parfait !

Et pour terminer en musique, je vous propose Giant Steps avec Another Lover

Dormir paisiblement

Je peine à m’endormir et je me réveille vingt mille fois durant la nuit, avec parfois une impossibilité à me rendormir. C’est pénible. Une nuit, je me réveille en me faisant la réflexion que même si la nuit n’est pas terminée, j’ai au moins super bien dormi. Il était 22h30…

J’ai testé les tisanes calmantes, les bains calmants, banni les écrans en soirée, évité la télé et privilégié la lecture mais rien n’y fait. C’est pourquoi, lorsque je suis tombée sur un article du Times qui parle de yoga pour bien dormir, j’ai décidé de m’y attarder (https://is.gd/jFnHgX).

Cinq positions de yoga sont décrites. La première permet de chasser les pensées en se concentrant sur sa respiration et le mouvement à effectuer. La deuxième propose de prendre six grandes respirations pour se calmer. La troisième permet de diminuer le stress et la fatigue. La quatrième permet de bien aligner son corps et relâcher la tension de la colonne vertébrale. Et enfin la dernière, baisse la pression et ralentit le cœur.

J’ai cherché sur internet des vidéos ou autres explications sur ces cinq positions afin de m’assurer que j’allais les exécuter correctement.

Cela fait environ une semaine que je pratique ces exercices en allant me coucher. J’ai vite réalisé qu’il fallait que je m’attèle à la dernière position une fois sur mon lit et la lumière éteinte car je m’endors. J’ai donc un problème de réglé. En revanche, je me réveille toujours aussi souvent, avec toutefois une nette différence : je peux me rendormir avec plus ou moins de facilité. Je me concentre sur ma respiration lente et profonde et ça me berce. Je suis contente, la solution « yoga » semble me convenir. Je note cependant une nouveauté : je n’arrête pas de rêver c’est incroyable !

Et pour terminer en musique, je vous propose Daniel Pemberton avec Enola Holmes. Musique donne envie de courir à travers les champs de fleurs en compagnie des papillons…

Dimanche TV

The Social Dilemma (vf Derrière nos écrans de fumée) Documentaire disponible sur Netflix. Super intéressant. Des experts qui ont travaillé pour les grandes boîtes des réseaux sociaux et mis en place les algorithmes qui régissent actuellement les applications, témoignent des méfaits de leurs travaux. La deuxième moitié du documentaire fait un peu peur.

The Girl in the spider web (vf Millenium : ce qui ne me tue pas). J’aime bien la saga des Millenium. Que ce soit la version US avec Daniel Craig ou la version suédoise avec Noomi Rapace. Dans ce nouvel épisode suédois, c’est Claire Foy qui reprend le rôle de Lisberth Salander. Film idéal pour se changer les idées.

Dans la tête d’un flic documentaire disponible sur Arte (https://is.gd/vuaTGc). Sept flics témoignent des difficultés qu’ils rencontrent dans leur travail, de leurs doutes. Les journalistes aiment nous montrer les policiers qui frappent des manifestants mais cette fois-ci, on voit l’autre côté du décor. Notre société est malade et les flics en font les frais. J’ai aimé ce documentaire.

Engrenage La 8e et dernière saison de la série est disponible sur Canal. Il y a dix épisodes. Je me les ferais bien tous à la suite mais je dois rester raisonnable. J’en ai vu deux, plus que huit…

J’ai voulu regarder Joker mais quand j’ai lu le résumé détaillé du film, j’ai abandonné. C’est apparemment très violent et je ne supporte pas la violence gratuite. Tant pis, je passe.

Un oeil ou deux ?

Je suis retournée voir mon opticien puisque ce dernier m’a commandé des lentilles progressives. En arrivant, je lui dit que j’aurais peut-être dû opter pour des lunettes de lecture puisqu’il n’avait pas l’air emballé quand j’ai demandé des lentilles. Il m’a répondu deux choses : il ne voit pas l’intérêt de porter des lentilles si on a besoin de lunettes de lecture à côté. Et que s’il manque d’enthousiasme pour les lentilles progressives, c’est parce que la majorité des gens ne les supportent pas. Il m’explique qu’à peine posées, les gens ne voient plus rien.

Il me met une lentille, me demande de cligner des yeux pour bien la fixer et faire disparaître les bulles et me demande comment je me sens. « Heu, bien ». « Vous me voyez encore ? » Je trouvais vraiment la question étrange. Il met la deuxième lentille et je souris. Je vois net c’est agréable. On tente la lecture de près. C’est un peu flou. Il m’explique alors que je ne dois pas tenir le livre trop près de moi, que c’est normal de tendre un peu les bras mais pas trop. Seuls les tout petits caractères me sont illisibles. Même si le tout n’est pas entièrement net, j’arrive à lire.

Il me fait faire plusieurs tests de près, de loin et conclu que j’ai l’œil gauche qui est directeur. Je demande ce que cela veut dire. C’est lui qui oriente le regard. J’ai une semaine pour tenter deux options avant mon prochain rendez-vous :

  1. M’habituer au lentilles progressives. C’est-à-dire que mon cerveau doit prendre l’habitude de s’adapter suivant que je regarde au loin où si j’essaie de lire quelque chose de proche. Ce sont deux endroits différents du cerveau qui travaillent. Il arrive qu’au bout de quelques jours le cerveau abandonne cet effort et les lentilles ne servent plus à rien car on ne voit plus rien.
  2. Opter pour les lentilles qui ne corrigent que ma myopie ET ne porter que celle de l’œil gauche. Mon cerveau devrait réussir à s’adapter et tant que ma presbytie contrebalance ma myopie, mon œil droit me suffit pour lire. Le jour où je n’y parviens plus, il faut alors opter pour les lentilles progressives.

Le premier jour, j’opte pour les progressives. J’avais un peu peur de prendre la route mais tout s’est bien passé. Pour la lecture dans le quotidien, ça va. Par moments, je devais tenir mon téléphone un peu éloigné pour réussir à lire. En revanche, bien installée dans mon canapé avec un bouquin, c’est moins bien. J’arrive à lire mais il arrive que les lettres se détachent de la feuille et dansent devant mes yeux. Pas terrible.

Le deuxième jour, je pars courir et choisis la deuxième option. Je suis encore dans mon salon quand je me dis que ça ne va pas être possible. C’est très étrange. Deux à trois clignements d’yeux plus tard, c’est tout bon. Je pars courir avec une seule lentille. Quand je vois quelque chose au loin, je constate immédiatement qu’il s’agit d’une personne et non d’un tronc d’arbre ou autre. Je vois clair même si la sensation est quand même un peu étrange et que je remarque que je dois tourner la tête pour bien voir sur ma droite. En revanche, je lis sans problème et encore mieux si je ferme l’œil gauche 😄.

L’ennui avec ces deux tests, c’est que j’étais focalisée sur ma façon de voir les choses, ce que je ne fais jamais en tant normal. Durant mes quatre jours de travail, je vais tenter deux jours les lentilles progressives et deux jours l’option « cyclope ». On verra ce que cela donne et ce que pense l’opticien de mes remarques.

Et pour terminer en musique, je vous propose Travis feat. Susanna Hoffs avec The only thing. Je suis contente de constater que la chanteuse a toujours sa belle voix.

Répète encore

Je m’ennuie ferme au boulot car je n’ai rien à faire, sauf une semaine dans l’année. Durant cette semaine, je suis débordée. Je devrais être heureuse mais ce n’est pas le cas. La clientèle est essentiellement estudiantine et je la hais. Au début, ma collègue me disait que je pourrais faire un effort pour ces pauvres étudiants. A présent, elle peut même être pire que moi parfois. Et pourtant j’ai placé la barre très haut 😬.

Ces jeunes viennent s’inscrire à un colloque obligatoire dans le cadre de leurs études. Ils doivent présenter leur carte d’étudiant qu’ils viennent de recevoir et payer une certaine somme en cash uniquement.

Déjà, obtenir un « bonjour » est difficile dans 70% des cas. On est là à leur service pensent-ils, pourquoi s’abaisseraient-ils à nous saluer. Ensuite, certains ne savent pas pourquoi ils viennent : « Ben, on m’a dit de passer chez vous mais je ne sais pas pourquoi… » Il y a ceux qui n’ont pas leur carte d’étudiant parce que « je ne savais pas que je devais la prendre » (contrairement à 99% des autres) ou parce qu’ils ne l’ont pas reçue. Dans ces cas-là, je leur réponds que je ne peux rien pour eux. « Mais alors je fais quoi ? » Et il faut que j’explique qu’ils doivent s’adresser à leur école, que je ne peux strictement rien faire. Et là, souvent, j’obtiens un regard vide durant 10 à 15 secondes. Evidemment, certain ne se présentent qu’avec des cartes pour effectuer le paiement. Il faut alors les diriger vers les bancomats. Enfin, il y a ceux qui demandent ce qu’ils doivent faire ensuite.

Ensuite, ils doivent se rendre dans un bureau pour aller retirer du matériel. Ils ont reçu une date et une heure de passage. Mais là encore : « Je devais passer il y a une heure mais j’ai oublié, c’est grave ? » « Je peux changer mon heure de passage ? » Aucune idée, je ne travaille pas là-bas.

Il faut savoir que toutes ces informations sont indiquées sur une page A4 qu’ils reçoivent à leur arrivée dans leur nouvelle école. Il suffit de la lire. Mais c’est à se demander s’ils savent lire. Après tout, ils n’ont que dix-neuf ou vingt ans. Une fois, un sale con m’a demandé ce qu’il devait faire ensuite. Je lui ai répondu qu’il avait reçu des instructions et qu’il lui suffisait de les lire. Il m’a alors balancé la feuille sous les yeux pour que moi, je lise. Mais là je lui ai expliqué gentiment que ça ne m’intéressait pas de lire sa feuille, que ça ne me concernait pas. Il est parti fâché.

Il ne s’agit pas d’une vingtaine d’étudiants dans la journée. Ils arrivent par hordes. Une centaine par jour. Une chose est sûre, je ne pourrais pas être prof. Comment font ces derniers pour gérer ces jeunes qui n’écoutent rien, ne lisent rien et posent vingt fois les mêmes questions ? Heureusement, il y en a quand même quelques uns qui sont polis, expriment clairement ce pourquoi ils viennent, sortent d’office leur carte étudiant et tendent l’argent pour le paiement. Ils partent en disant « merci » et « au revoir », voire me souhaitent « une bonne journée » sans me demander où et quand ils doivent se rendre ensuite. Ceux-là, je les aime, mais ils sont une espère en voie de disparition.

Et pour terminer en musique, je vous propose Shake avec La Rivière de l’amour

Il était une fois

Comme je parlais de mes habitudes de lecture dernièrement (flemme de créer un lien, le message date de la semaine dernière), voilà ce que je suis censée lire en ce moment.

Comme je l’ai dit, j’ai toujours deux à trois livres en cours et ça ne me pose aucun problème. Il y en a quand même un qui prend souvent le dessus sur les autres.

Le gros pavé que je tiens dans les mains plus celui qui se trouve à sa droite sont mes lectures pour le plaisir. Le gros livre reste à la maison alors que l’autre m’accompagne au travail et dans le train quand je ne somnole pas.

Les deux livres du haut sont pour mon mémoire. Celui de gauche, que je n’ai jamais terminé alors qu’il m’intéresse, m’est utile pour mener mes entretiens. J’ai plein de texte surligné à l’intérieur et j’ai des pages de résumés sur ce qui me sert le plus. Celui de droite m’a été utile pour créer mon questionnaire à faire passer aux étudiants. Il ne me reste « plus qu’à » lire tout le reste pour avoir des choses à raconter et des références à noter dans mon travail.

Enfin, le dernier bouquin est celui qui est pris pour référence pour mon cours de psychologie positive. Comme il s’agit d’un sujet qui m’intéresse beaucoup, je préfère avoir le livre au complet plutôt qu’un simple résumé. Et je pars du principe qu’il me sera utile pour rédiger mes devoirs.

Pour résumer, mes livres de cours sont des ouvrages que je vais lire et relire et annoter alors que les deux autres lectures en cours sont là juste pour me détendre.

Et pour terminer en musique, je vous propose Matt Bellamy avec Simulation Theory

Main verte

Ce printemps, j’ai décidé de planter du basilic dans un grand bac extérieur. J’ai constaté que ledit bac contenait une quantité impressionnante de larve de mes « potes » les scarabées verts. Comme je sais qu’elles font du bien à la terre, je les ai laissées. Mais mon basilic crevottait et je me suis demandée si je n’avais pas à faire à des larves de hannetons, qui elles, mangent les racines des plantes. Mais non, j’avais les bonnes bestioles.

Un peu plus tard, j’ai rajouté deux plants de tomates cerises qui ont très vite crevé sans parler des graines pour fleurs qui n’ont jamais poussé. J’ai abandonné. J’ai décidé que cette année, le bac servirait de lieu à compost pour toutes mes fleurs fanées, branches et feuilles séchées. Ce qu’il y a de bien, c’est que les larves les mangent assez vite et brassent bien la terre. Ce que je n’avais pas prévu, c’est que ce brassage faisait vraiment du bien à ma terre de très mauvaise qualité.

Mon basilic est devenu vigoureux et a fait deux autres nouvelles pousses. Ce que je prenais pour de la mauvaise herbe qui poussait un peu trop vite, s’avère être en fait un énorme pied de tomates ! Et j’ai une plante verte qui pousse, ce qui veut dire que les graines ont fini par donner quelque chose ici alors que dans les autres bac, cela fait longtemps que tout a poussé.

L’année prochaine, je déposerai mes nouveaux petits scarabées dans le bac à framboises qui est un peu poussif. J’en ai mis cette année là où poussent mes fraises et elles étaient nombreuses et délicieuses. J’ai même droit à une deuxième pousse en ce moment. Même mon bougainvillée qui ne met que peu de fleurs habituellement, me ravit cet été.

Quand je pense que je passais du temps à virer toutes ces larves par le passé…

Et pour terminer en musique, je vous propose ONR feat. Nile Rodgers avec Kill TV

 

Je veux dormir

Je suis épuisée. Je me traîne péniblement du début de la journée jusqu’au moment tant attendu où je peux aller enfin dormir pour la nuit.

J’ai zéro énergie. C’est extrêmement pénible. Tout me demande un effort. Pourtant je sais qu’en bougeant, ça m’aide un peu. Mais comme je suis tellement fatiguée, la motivation peine à se montrer. Je pourrais dormir non stop. J’essaie de ne pas aller me coucher trop tôt pour garder l’illusion qu’il me reste un peu de vie en dehors du boulot mais c’est difficile. Je n’arrive pas à me concentrer sur mes lectures donc j’abandonne vite. Je somnole devant la télé et mes livres audio. Même jouer à Candy Crush me demande trop d’énergie; je n’arrive pas à passer les différents niveaux.

Je vois passer des idées d’articles à écrire mais je dois me concentrer sur l’article original aperçu ici ou là et c’est trop difficile. Je pose des post-it pour y revenir quand ça ira mieux. Parce que ça va aller mieux.

J’ai augmenté la dose du médicament que je prends et je constate déjà une amélioration pour certaines choses dont une très importante : je n’ai plus envie de pleurer toute la journée. Le moral remonte gentiment, même si je suis encore un poil de mauvaise humeur. Mais il faut un peu plus de temps pour retrouver de l’énergie. La machine qui avance au ralenti depuis de nombreux mois doit reprendre son rythme de croisière. C’est un peu de ma faute aussi, j’ai repoussé le rendez-vous chez le médecin durant les débuts de la période COVID.

J’essaie d’aller courir car je sais que ça me fait du bien mais à chaque fois que je démarre, je me demande comment je vais faire pour terminer le parcours. Et puis après un kilomètre, je sens que ça va déjà un peu mieux. J’arrive même à rester éveillée jusqu’à l’heure du coucher et lire un moment ! L’idéal serait d’aller courir lentement tous les jours. Mais ce soir je sors…

Et pour terminer en musique, je vous propose To Kill a King avec Watchmaker

Vive la rentrée…ou pas

Questionnaire de Roseline : https://wp.me/p792a2-1SE

Aimais-tu la rentrée des classes ?

Oui. J’aimais avoir de nouveaux cahiers, découvrir les nouveaux livres avec lesquels nous allions étudier et enfin, les nouveaux profs. Mais ensuite, non, l’école m’ennuyait.

La rentrée dont tu te souviens le plus et pourquoi ? 

Nous avions déménagé et je commençais une nouvelle école. Ma cousine m’avait emmenée jusqu’à la cours, s’était arrêtée vers des élèves en leur demandant si elles étaient en première année et m’avait laissée avec elles. J’étais terrorisée.

Il ressemblait à quoi, ton cartable ?

En primaire j’avais un cartable Tom & Jerry que j’adorais. Ensuite, divers sac à dos dont un en jeans que j’aimais beaucoup.

Étais-tu bon(ne) élève ? 

Non, pas particulièrement. J’ai même doublé une année. Mais c’est à cette période que j’ai compris que si je me concentrais un minimum, le vocabulaire d’allemand qui me prenait plus d’une heure pour une mémorisation médiocre, passait à dix minutes pour un bien meilleur résultat et en plus, je pouvais vite retourner jouer dehors. Depuis, j’ai arrêté de me prendre la tête. Dès que mes moyennes étaient trop mauvaises, je me concentrais un minimum pour remonter le tout. Je n’ai jamais changé de technique, je suis une grande fainéante.

Tu as déjà triché ?

Oui. J’avais les cheveux longs, je pouvais me cacher derrière pour regarder discrètement la feuille de mon voisin. Aujourd’hui, tricher ne m’intéresse plus, je préfère tester mes connaissances.

Aimais-tu l’école ? 

J’étais une élève qui aimait l’ordre et ne supportais pas ceux qui perturbaient les cours. Mais est-ce que j’aimais l’école ? Non, je ne crois pas.

T’as déjà fait l’école buissonnière ?

Oui, j’ai loupé les cours de gymnastique que je détestais. Et même à présent, quand je n’aime pas un prof ou son cours, je ne vais pas aux cours le samedi. J’estime que c’est une perte de temps. Ca ne m’a jamais porté préjudice. Depuis 2 ou 3 ans, les présentiels sont obligatoires. Ce semestre les cours seront donnés par Zoom mais en plus ils ne sont pas obligatoires. Je sais déjà que si je m’ennuie, je vais les zapper 😬.

Stylo plume ou stylo bille ? 

J’aimais bien les stylos plume dans lesquels je mettais des cartouches en couleur. Mais j’avais toujours des taches d’encre sur les doigts. A présent, c’est stylo bille sans hésiter. Quand je vois plein d’étudiants préférer le crayon gris, je me dis que c’est une hérésie.

Tu étais sage ?

Il me semble. J’étais extrêmement timide, complexée, peu sûre de moi donc j’évitais de me faire remarquer.

Quelle matière aimais-tu le plus ? 

Les cours de chant/musique. J’adorais jouer du xylophone et chanter. J’ai aussi beaucoup aimé la comptabilité que je trouvais simple.

Quelle matière détestais-tu le plus ? 

La gymnastique, j’étais une véritable catastrophe. Les maths, je n’y comprenais rien sans parler de la physique, matière qui m’est toujours resté hermétique.

Passer au tableau, honneur ou atrocité ?

Atrocité.

L’odeur dont tu te souviens le plus ? 

Les stencils qui sentaient fort l’alcool quand ils venaient d’être tirés. La colle blanche et le gros savon jaune.

Quel est le professeur ou instit qui t’a le plus marqué ? 

Monsieur Henry, mon prof de plein de branches dont la compta. Prof assez vieille école mais bon dans l’enseignement. Monsieur Seemüller qui m’a fait aimer les maths durant mes années de gymnase. Et un autre prof dont j’ai oublié le nom durant ces mêmes études, qui m’a fait remarquer que le français, c’était quand même sacrément intéressant.

Tu jouais à quoi à la récré ? 

En primaire à l’élastique, à la marelle, à la corde à sauter, au loup et aux billes.

Faisais-tu des activités extra-scolaires ?

Oui, j’ai fait du piano et du solfège. Je ne bossais jamais mes exercices de piano durant la semaine, je préférais tenter de jouer les chansons qui me plaisaient. Il faut croire que ça m’aidait bien puisque mes profs me félicitaient de mes progrès ! J’ai fait aussi de la rythmique.

Cantine ou déjeûner chez toi ? 

Je mangeais à la maison. C’était le bon temps !

Garderie, étude le soir ? 

J’avais la clé de la maison, je rentrais après l’école.

Et pour terminer en musique, je vous propose Nothing but Thieves avec Unperson