Festival de couleurs

Je discutais avec un ami qui ne comprenait pas pourquoi je faisais très souvent la même balade avec mon chien. Il me racontait que lui avait besoin de changer de paysage pour ne pas s’ennuyer. Comment lui faire comprendre que je ne m’ennuie jamais durant mes balades ? Soit je suis dans mes pensées et je ne vois rien… soit j’observe tout et un rien m’enchante. Dans les vignes, je regarde les vignes qui évoluent, le raisin qui arrive à maturation, les couleurs des feuilles qui changent au gré des saisons. Et puis je guette les lièvres, les renards et les biches. Parfois je m’extasie devant des musaraignes, quand le chien ne les voit pas car il les chasse. D’autres fois je marche avec les yeux rivés vers le ciel; en ce moment les étourneaux m’offrent de jolis ballets et les couchers de soleil diffusent de superbes couleurs. Et ces jours j’apprends à faire tous mes réglages en manuel pour prendre des photos. J’ai encore du travail !

Alors non, je ne m’ennuie jamais durant mes balades.

P1060489.jpg

 

Et pour terminer en musique je vous propose Kodaline avec Take Control

Advertisements

Photos de nuit

Comme il y avait la pleine lune, j’ai voulu la photographier. Pas en gros plan, ça je sais faire. Non, je souhaitais la prendre en arrière plan. Mais visiblement, ça je ne sais pas faire.

P1060375.jpgP1060359.jpg

Voilà mes premiers essais. Je n’étais pas contente car on ne voit pas qu’il s’agit de la lune. Ça pourrait très bien être le soleil qui se lève (ok, un soleil qui n’éclaire pas beaucoup !). En plus, ça soufflait pas mal et on voit sur la photo du haut que la lune est légèrement allongée. Du coup, j’ai cherché des informations sur le net pour voir ce que je faisais de faux.

P1060451

Ça c’est un essai…après mes recherches. On voit que la lumière de la maison en-bas est très nette mais le haut de ma photo est flou. J’ai tenté de prendre d’autres photos de nuit mais sans la lune, pour vérifier si j’ai juste un problème avec cet astre.

J’ai donc tenté de prendre l’autoroute et je suis assez satisfaite du résultat, même si une fois chargées sur WordPress, mes photos ne donnent pas grand chose (je voulais vous montrer les étoiles, dont la Grande Ourse photographiée hier soir, mais on ne voit que du noir !).

P1060430

J’ai pris mon quartier en photo et là aussi, je suis satisfaite du résultat sauf quand j’agrandis l’image et que je vois tous les défauts.

Je suis allée me coucher en me disant que je ratais quelque chose. Mon cerveau a travaillé, travaillé, et moi j’ai mal dormi. A 3h30, ayé, j’ai compris. Sur les deux premières photos de lune, j’avais l’AutoFocus d’enclenché. Sur les autres je l’ai enlevé…et j’ai oublié de bien faire ma mise au point. Parce que pour la photo de mon quartier, j’ai bien commencé la mise au point, même si je ne savais pas trop ce que je faisais (en gros, je ne savais pas que j’étais en train de faire une mise au point). Mon cerveau a compris durant la nuit. C’est pourquoi sur la dernière photo de la lune, la lumière de la maison est nette. Sans le comprendre, j’avais bien réglé l’appareil sur cette partie de l’image.

Du coup, ce soir je retourne tenter de dompter la lune. Mais cette fois-ci sans le chien, que j’avais serré contre moi, dans ma veste, pour le réchauffer. Pas pratique de n’avoir qu’une main de libre. Et je vais prévoir des chaussures plus épaisses…et des gants.

 

Et pour terminer en musique je vous propose Bernard Lavilliers et ses Croisières méditerranéennes.  Je vous conseille d’écouter son dernier album “5 Minutes au Paradis” que je trouve très agréable.

Jésus Jésus Jésus revient…

Je fais une allergie à tout ce qui touche à la religion. Chacun est libre de croire en ce qu’il veut, laissez-moi libre de ne pas croire en Dieu. Mais ceci n’est pas le sujet du jour même si la religion se tapit juste là.

Je lisais le billet du jour sur le site de DrCaSo et me suis arrêtée sur un commentaire (je lis toujours les commentaires des sites que je visite). Kine70 y parle d’un bouquin A Complaint free world de Will Bowen. Comme je suis curieuse je clique sur le lien. Il s’agit d’un bouquin classé sous “spiritualité” selon certains et qui prône le fait d’arrêter de râler en 21 jours. En farfouillant le net, je vois que l’auteur a été pasteur. Je marque alors un temps d’arrêt. J’ai décidé de passer outre et me lancer dans la lecture de ce qui ne devrait pas me faire de mal. Caroline, on verra plus tard si je te dis merci.

Samedi j’avais les cours. Avec une copine, on discute de nos espoirs et nos doutes. Là, elle me parle d’un bouquin qui l’aide bien Conversations avec Dieu de Neale Donald Walsch. Je fais donc quelques recherches et tombe rapidement sur un film tiré de la vie de l’auteur, du même titre que le livre. J’ai regardé le film en français (mauvaise idée, les rires forcés des acteurs m’horripilent). Je reste sur ma faim. Je vais lire ensuite les commentaires des lecteurs sur Amazon. Et je constate ce que je pensais déjà; c’est simplement une suite d’idées rabâchées par les ouvrages sur le développement personnel. J’y vois une similitude avec le livre Le Secret. J’ai ce dernier, je vais sans doute me contenter de le relire. Ca ne peut pas me faire de mal. Je choisis de faire l’impasse sur les Conversations.

Unknown-1.jpeg

Dans un tout autre registre, Dr CaSo, toujours elle, avait évoqué en passant la série The Good Place. J’avais lu de mauvaises critiques là-dessus et n’avais jamais regardé le moindre épisode. Pourtant, cette fois-ci j’ai décidé de tester. Il s’agit d’une série totalement absurde qui me fait bien rire avec Ted Danson et Kristen Bell entre autres. Le sujet ? Une femme se retrouve au Paradis alors qu’elle devrait loger en Enfer. Encore un truc avec la “religion” en trame de fond.

Je crois que Dieu essaie de me parler…

Et pour terminer en musique je vous propose Pendant que les Champs brûlent de Niagara. Chanson redécouverte à l’occasion de la sortie d’un album de reprises des ballades du groupe.

Retouches

Vous l’aurez remarqué, j’ai dépoussiéré mon appareil photo après plus d’une année d’abandon total. Et cette fois-ci, j’ai investi dans Lightroom pour retoucher mes photos. Car souvent, il manque le petit quelque chose que j’avais ressenti en appuyant sur le  bouton. C’est donc un peu frustrant de regarder ces images prises et ne plus retrouver ce qui m’avait tant émue.

Comme je suis une grande fainéante, je ne lis jamais les modes d’emploi. De toute façon me direz-vous, ça fait longtemps qu’il n’y en a plus de livré avec quoi que ce soit. Il faut se débrouiller sur internet.  Mais cette fois-ci, je voulais apprendre deux ou trois trucs car je ne trouve pas le logiciel instinctif. J’ai donc cherché les deux ou trois choses auxquelles je pensais et j’ai pris des notes, histoire de ne pas à avoir à rechercher dans six mois quand l’envie de retoucher des photos me reprendra…

Mon nouveau jouet me plaît !

Capture d’écran 2017-09-19 à 19.55.30.png

Une simple retouche de couleur avec un léger vignettage

Capture d’écran 2017-09-19 à 19.54.53.png

Suppression des couleurs sauf une…ça se voit non ?

Capture d’écran 2017-09-20 à 17.44.52.png

Mise en valeur d’une partie de la photo même si le contour est un peu trop marqué

Capture d’écran 2017-09-20 à 18.02.26.png

Oter quasiment tous les fils électriques m’a pris du temps et j’ai fait ça assez grossièrement

Et pour terminer en musique je vous propose Jack Garratt avec Water

1 km à pied, ça use, ça use…

Lorsque j’étais à la Barillette en train de manger ma délicieuse fondue, j’observais les gens qui arrivaient à pieds et me disais qu’ils étaient fous, que la voiture était bien pratique pour la montée. Quelques jours plus tard, je montais à la Barillette à pieds depuis St-Cergue. Vous en déduisez ce que vous voulez…

Il faisait un peu frais en-hauteur ce jour-là : 12 degrés à la sortie de la voiture avec un petit vent frisquet. Brrr mais idéal pour la montée. Moi qui souffre tellement dès qu’il faut faire un effort en pleine chaleur, cette température me convenait parfaitement. Du coup j’ai presque marché sans difficulté. Je manque un peu de souffle quand même donc par moment…j’étais obligée de me taire 😂. Nous avons effectué la montée tranquillement en une heure et demie. Une fois sur les hauteurs, nous avons pique niqué en profitant de ce merveilleux paysage tellement apaisant pour moi. Nous sommes ensuite allés boire un thé au restaurant avant d’attaquer la descente, bien raide par endroits. Mes cuisses et mes mollets ont souffert.

La balade fait environ 10 km. Il existait auparavant un Télésiège qui montait jusqu’aux pieds du restaurant. Ce n’est plus le cas depuis 1990.

 

P1060142.JPG

P1060147.JPG

P1060148.JPG

P1060151.JPG

P1060153.jpg

P1060157.jpg

 

Et pour terminer en musique, je vous en propose une que j’aime beaucoup, à savoir celle du générique de BoJack Horseman.

C’est la rentrée des classes !

20170909_080633

Et oui, les cours ont bien repris. J’ai mis ma trousse et mon ordinateur dans mon sac, préparé mon pique-nique pour la journée et me voilà partie pour une journée studieuse. J’ai retrouvé les copines avec plaisir et j’aime bien mes profs cette année, ce qui va faciliter ma motivation qui a nettement souffert le semestre précédent.

Comme je vous l’ai déjà écrit (non, je ne vais pas mettre de lien, la flemme de chercher), j’étudie l’intelligence et la création de tests.

Les premiers scientifiques qui ont étudié les processus cognitifs ont conclu que les humains supérieurs en intelligence étaient ceux qui étaient capables de développer des associations par similarité (faire des liens entre différents concepts/idées). Galton, demi-cousin de Darwin, a soutenu que les personnes qui avaient des temps de réactions sensorimoteurs plus performants lors d’opérations cérébrales avaient hérité de ces capacités.  Il inféra que l’intelligence était héréditaire et il prôna l’eugénisme. Pour garder les bons gènes, il fallait stériliser et interner les être inférieurs. Beau programme en ce début du 20e siècle.

Des tests de mesure de l’intelligence se développent parmi les scientifiques dont un qui va servir spécifiquement à l’armée pour faciliter le recrutement des soldats. Les simples d’esprit seront donc écartés. Il est ressorti  que plus de la moitié des personnes testées obtenaient un QI en-dessous de 70. (100 étant la norme où se situe la majorité de la population, 130 la norme supérieure et 70 la norme inférieure). Ces merveilleux tests d’intelligence ont ensuite été imposé à l’immigration afin d’interdire aux sous-doués l’entrée sur le territoire américain. Là encore, un nombre impressionnant n’obtenait pas de score en-dessus de 70 et était renvoyé.

Il faut tout de même savoir que la validité des tests n’était guère probante. Par exemple, les immigrants étaient soumis à des questions de culture générale américaine dont ils ne connaissaient rien. Évidemment que les résultats allaient être biaisés. Pour vous montrer un autre biais, Goddard a étudié la famille Kallikak. Le chef de famille a fauté avec une femme de basse extraction. Les enfants légitimes ont tous obtenu des postes prestigieux comme avocat, ou médecin alors que les enfants illégitimes avaient des jobs honteux, prostituée ou prêteur sur gage. Ce qui confirmait la théorie de l’hérédité de Goddard. Or, les conditions socioéconomiques n’ont pas été prises en compte par exemple.

Avec Hitler et l’euthanasie de masse, les Américains ont réalisé que leur eugénisme n’était guère mieux et ils ont gentiment cessé à partir de 1965.

Source : Greenwood, J. D. (2015). Intelligence defined: Wundt, James, Cattell, Thorndike, Goddard, and Yerkes. In S. Goldstein, D. Princiotta, & J. A. Naglieri (Eds.), Handbook of intelligence. Evolutionary theory, historical perspective, and current concepts (pp. 123-135). New York: Springer Science+Business Media.

 

Et pour terminer en musique je vous propose le dernier single de U2 You’re the best thing about me

J’ai certainement déjà dû le dire ici, mais j’adore la fondue. Donc lorsqu’on m’a proposé de monter à la Barillette pour en manger une, je n’ai pas hésité une seconde. Avant d’aller manger nous avions décidé d’aller promener nos chiens sur les hauteurs. Malheureusement, le sommet était bien couvert et il faisait froid. Nous sommes donc arrivées très tôt au restaurant. Le soleil semblait se montrer conciliant donc nous avons opté pour manger sur la terrasse. Nous avons eu bien raison. Sauf qu’il a commencé à faire très chaud ! Nous nous sommes dit que nous allions souffrir en mangeant notre délicieuse fondue. Mais, le ciel toujours aussi sympathique, s’est couvert à nouveau durant notre repas. C’était parfait. Pour la petite anecdote, j’ai discuté avec le patron et il se trouve que nous étions en apprentissage ensemble…il y a fort longtemps 😁.

Et n’oublions pas la magnifique vue depuis la terrasse du restaurant :

P1060131P1060132P1060133P1060135

Et pour terminer en musique je vous propose le nouveau single du groupe Indochine La Vie est belle