P’tits souvenirs

On reprend les souvenirs selon Dr CaSo.

Quelle est votre insulte préférée ?
L’autre jour, une pouffiasse m’a coupé la route. Lorsque sa voiture a touché mon scooter j’ai hurlé : “Connasse !”. Putain, on est vraiment cernés par les cons et ça commence à faire chier. Bordel si j’en ai marre, merde à la fin. Bon, c’est déjà quoi la question ?

Si vous deviez enseigner quelque chose à quelqu’un pendant quelques heures, que lui enseigneriez-vous ?
Rien, je n’ai plus aucune patience. Les gens réfléchissent trop lentement, quand ils réfléchissent 😝.

Qu’est-ce que ça vous fait vraiment chier de devoir payer ?
Les transports publics.

Quels conseils donneriez-vous à vos (vrais ou futurs ou imaginaires) arrières-petits-enfants ?
J’en ai pas et n’en aurai jamais donc question sans intérêt pour moi.

Si on vous payait un voyage pour aller voir un monument célèbre n’importe où dans le monde, quel monument choisiriez-vous et pourquoi ?
Hum…bonne question…J’aimerais voir Stonehenge, les statues de l’île de Pâques, le temple de Petra. Pour moi il y a un mystère qui entoure ces lieux et j’aime ça.

Quels animaux avez-vous aimé (ou aimez-vous toujours) ?
Mes chats passés et présent et mon crétin de chien. J’adore les tigres et je rêve de porter un koala dans mes bras.

Et pour terminer en musique je vous propose Florent Pagny avec Je connais personne

Advertisements

Bilan musical

Capture d_écran 2018-12-06 à 19.03.28

Comme beaucoup de monde, je suis abonnée à Spotify. Ça me permet d’écouter toute la musique que je souhaite et cela sans pub. Je peux même télécharger des morceaux pour ne pas me retrouver embêtée si je ne capte plus internet. Je peux donc me faire une idée sur plein d’albums avant de me décider à les acheter ou non. Parce que je fais partie de ces gens qui achètent encore la musique qui leur plaît. Je la mets alors sur mon disque dur et lorsque je lance la fonction aléatoire, je suis souvent surprise de retomber sur de vieux morceaux que j’adorais et que j’ai oubliés depuis. Ce qui est moins probable avec Spotify.

Cette année, je suis allée vérifier ce que l’application a analysé de mes écoutes. Première constatation, j’aime beaucoup Franz Ferdinand mais ce n’est vraiment pas l’artiste que j’ai le plus écouté cette année. De plus, j’aime Kasabian que j’ai passé en boucle en début d’année et qui ne figure pas sur la liste. Ceci est dû au fait que dès que j’ai l’album qui me plaît et que je l’ai donc acheté, je l’écoute sur une autre application.

Dans les top titres, j’ai quand même trois morceaux de Nothing But Thieves alors qu’ils ne sont pas premiers sur ma liste. Mais le numéro un est de Franz Ferdinand qui sera en concert le 5 juin au festival qui se trouve à dix minutes de chez moi et par conséquent, j’y serai moi aussi !

Je constate que j’ai passé plus de 175 heures sur cette application. Plus toutes les heures sur l’autre que j’ai, ça fait quand même beaucoup de temps passé à écouter de la musique. D’accord, souvent je fais autre chose en même temps : je somnole lorsque je suis dans le train, je fais la cuisine à la maison ou mes devoirs ou le ménage, mais parfois je ne fais rien d’autre, j’écoute tout simplement. Et depuis quelque temps, j’ai même décidé que c’était ma séance de “méditation” : vingt minutes de musique sans rien faire, juste me laisser porter par mes chansons préférées. Et ça me détend !

Et pour terminer en musique je vous propose Franz Ferdinand avec Slow don’t kill me slow même si sur cette version “live” il y a quelques fausses notes.

Etats d’esprit du jour

Même si elle ne cherche plus de bikini, l’idée vient de chez Roseleen.

Photo : chien qui vient de terminer le pot de yogourt

20181202_182755

Fatigue : il y a des hauts et des bas…Tous les soirs je me dis que je vais aller me coucher à 21h et au final c’est plutôt 22h30.

Humeur : Mauvaise aujourd’hui. Les nouvelles au boulot ne cessent de “s’améliorer”.

Cours : j’hésite fortement à arrêter. Sur cinq cours, un seul m’intéresse et c’est le moins stressant…et c’est aussi celui pour lequel je m’en sors le mieux. Donc je continue et je fais le minimum pour les 4 cours afin d’avoir la moyenne en me concentrant sur celui que j’aime et néglige ou j’arrête les frais ? Il me reste moins de deux semaines pour me décider et je change d’avis chaque jour. Bon le semestre suivant, j’aurai deux cours sur cinq qui m’intéressent…

Culture : je passe presque toutes mes soirées à lire, ça me fait du bien. Je m’évade.

Penser à : trop de choses déplaisantes. Je vais aller lire…

Amitié : belle balade dans les bois avec D et nos toutous respectifs. Ça fait du bien.

Message perso à moi-même : focalise-toi sur les points positifs….si, si, cherche bien, il y en a !

Envie de : 🙊

Et pour terminer en musique je vous propose cette jolie (et peu récente) mélodie découverte “par hasard” selon les propositions de youtube. Ça fait longtemps que je vois la vidéo apparaître mais hier je me suis décidée à aller l’écouter. To Kill a King feat. Bastille & friends avec Choices

Un plus un égal huit

Comme je l’ai déjà évoqué, je suis en plein chamboulements. Je suis à fond dans les montagnes russes, moi qui déteste ça. Je parlais dernièrement avec mon papa du monde du travail et de ma piètre carrière professionnelle. Partout où je passe, je m’ennuie. J’ai la chance (ou malchance visiblement) d’apprendre très vite. Donc rapidement, j’ai une vue d’ensemble de ce que je dois faire et je m’organise en conséquence. Là où mes collègues peinent et se plaignent d’être débordés, moi, la nouvelle, je trouve une façon efficace de travailler…et me plains donc de n’avoir pas assez à faire et trouve le boulot très vite lassant. Donc je suis une double chiante : caractère de merde parce que je me plains et du fait que très vite j’en sais plus que mes collègues, d’une certaine façon je leur balance ma supériorité à la figure. Autant dire que j’ai régulièrement eu des problèmes. J’ai très souvent changé de poste et partout on m’expliquait que j’allais être débordée et partout, je me suis ennuyée.

J’ai le souvenir d’un job où on m’avait prévenue que j’allais cumuler les heures supplémentaires. En fait, je suis devenue la pro des jeux sur internet… Pour m’occuper, j’avais même commencé à vider les armoires qui contenaient tout le classement du service et je descendais les dossiers aux archives. C’était chiant mais ça passait le temps. Jusqu’au jour où mon chef d’alors s’était vexé car c’était à lui d’organiser le classement. Je n’ai donc plus eu le droit d’y toucher. Les armoires ont rapidement débordé à nouveau et moi je me suis remise à jouer sur internet.

Et puis aujourd’hui j’ai enfin compris. En fait, plus j’ai de diplômes, moins j’ai de responsabilités. Alors que je n’avais que ma maturité (mon bac), j’ai assuré par intérim durant six mois la gestion d’une agence bancaire. Tout s’est bien passé mais je n’ai pas particulièrement aimé. En plus de la gestion du personnel, je devais m’assurer que les chiffres de vente étaient atteints et en tant que responsable, je devais vendre un max. Je déteste la vente. Pour le reste, c’était sympa. Pour une fois qu’on me faisait confiance.

Depuis j’ai deux bachelors universitaires et mon emploi actuel consiste essentiellement à faire de la monnaie : des vendeurs viennent avec des billets et repartent avec des rouleaux de pièces. Il n’y a même pas besoin de savoir compter. Ma collègue fait tout sur sa machine à calculer pour être sûre de ne pas se tromper. Moi je joue à la rebelle, celle qui sait : Je compte dans ma tête ! Je suis une ovni. Bon, quand je reçois des seaux de pièces, je ne les compte pas. Je les balance dans une machine qui se charge de les compter et les trier. Ensuite je les mets dans une autre machine qui va me faire des rouleaux, que je pourrais alors remettre aux vendeurs. Passionnant. Parfois j’ai des gens qui viennent et me préviennent qu’ils accompagnent leur client car ce dernier ne parle pas français alors ils sont là pour traduire. Ça part d’une bonne intention sauf que généralement, je parle bien mieux anglais qu’eux et c’est moi qui finis par les aider à expliquer ce qu’ils veulent à leur client.

Aujourd’hui j’ai compris que j’avais trop de diplômes quand j’ai reçu un mail de quelqu’un avec un poste un poil plus intéressant que le mien : “Le vendeur prêtant avoir exécuté se versement”. En fait, pour obtenir un job plus stimulant, il faut pouvoir prouver qu’on ne va pas tenter de piquer la place du chef.

J’ai décidé de ne plus me prendre la tête pour le boulot ; j’ai enfin compris que c’était sans espoir en ce qui me concernait. Comme je l’ai appris aux cours (oui, je prépare un master. Avec un peu de chance je vais bientôt passer balayeuse), comme je disais donc, pour motiver un employé, ce dernier doit comprendre les tâches qu’il doit réaliser. Pour cela, il faut éviter au maximum de fractionner ces dernières afin qu’il ait une meilleure vue d’ensemble. Or, j’avais une tâche extrêmement fractionnée à côté de mon comptage de billets/pièces. Pour être cohérente avec ma nouvelle façon de penser, à savoir que je ne veux plus me prendre la tête au travail, j’ai parlé à mon chef et lui ai expliqué que ça faisait longtemps que j’avais terminé mon apprentissage. Soit on me confiait le travail en entier et pas juste la saisie en bout de file, soit on me l’enlevait ; je refusais de continuer à travailler dans ces conditions car je suis compétente. Alors, qu’est-ce qui s’est passé ? On m’a retiré le travail… Il ne me reste plus que mes pièces à compter. Mais là j’ai une vue d’ensemble donc je ne peux pas me plaindre. Quand je dis que c’est sans espoir…

Et pour terminer en musique je vous propose Qu’en est-il de la chance? de Pierre Lapointe

Souvenirs, souvenirs

L’idée vient du Dr Caso.

Avez-vous jamais perdu un objet auquel vous teniez énormément? Qu’est-ce que c’était? L’avez-vous retrouvé?
Oui une montre que ma soeur m’avait offerte. J’y pense encore parfois car non, je ne l’ai pas récupérée. Oubliée dans un hôtel aux USA.

A propos de quoi n’étiez-vous (ou n’êtes-vous toujours) vraiment pas d’accord avec vos parents?
Rien ne me vient à l’esprit. On s’engueulait toujours avec mon papa donc je suppose que nous n’étions pas d’accord sur quoi que ce soit. Ma mère ne m’écoutait pas. Je dirais que nos sujets de désaccords ont certainement évolué et qu’aujourd’hui je ne me prends plus la tête avec eux.

Si vous pouviez changer ou créer une loi dans votre pays, qu’est-ce que ça serait, et pourquoi?
Ce n’est pas une question à laquelle j’ai envie de réfléchir. Je passe.

Quel est l’un des meilleurs souvenirs que vous avez de vos grands parents?
En fait je réalise que ces questions me dépriment ! Je n’ai de réels souvenirs qu’avec mes grands-mères car un grand-père est décédé lorsque j’avais 4 ans et l’autre 12 ans mais je ne l’ai vu que dans un lit d’hôpital. Quant à mes grands-mères, mes parents les ont tellement critiquées que malheureusement, je les voyais sous un mauvais jour. Pour une, je crois que nous étions des nuisances ma soeur et moi alors que nos cousins étaient si parfaits. Pour l’autre, elle n’ avait tout simplement pas d’amour à donner à qui que ce soit.

Que ne pouvez-vous pas résister à acheter quand vous en voyez? Qu’est-ce qui vous fait toujours craquer malgré vos bonnes résolutions ?
J’achète constamment des livres alors que ma pile à lire baisse tellement lentement…avant de remonter ! Et de la musique, des cd.

Quand vous étiez à l’école, qui était votre prof préféré(e) et pourquoi?
Durant ma maturité (le bac) j’ai eu un prof de français dont c’était la dernière année d’enseignement avant la retraite. Il a très vite compris que nous étions une classe catastrophique. Il nous a donné des exercices très simples à faire durant toute l’année du genre rédiger cinq phrases sans utiliser les verbes être, avoir ou faire. C’est avec lui que j’ai réalisé que cette langue pouvait être belle alors que je la médisais régulièrement, lui préférant l’anglais. Si je me suis lancée quelques années plus tard dans un bachelor de Lettres Modernes c’est sans doute un peu grâce à lui, entre autres.

Et pour terminer en musique je vous propose Imagine Dragons avec Zero

 

Lectures 29 & 30

20181121_104257.jpg

Dans mon club de lecture, le livre à lire ce mois-ci était Entre Ciel et Lou de Lorraine Fouchet. J’ai pleuré du début à la fin. Hormones ou histoire ou un peu des deux ? Quand je pleurais dans le train en lisant, les gens devaient penser que c’était l’histoire. Quand je pleurais au boulot, ma collègue devait se dire que mes hormones déconnaient vraiment. Mais bon l’histoire est focalisée sur un homme dont la femme vient de décéder et qui se trouve désemparé. Moi ça m’émeut ! Cette épouse a laissé une requête à son mari dans son testament : il doit rendre leur deux enfants adultes heureux. L’homme est perdu car c’était sa femme qui maintenait cette famille ensemble et sans elle à ses côtés, il ne sait absolument pas comment s’y prendre. L’histoire est touchante, jolie et pour ceux qui l’aime, la Bretagne fait partie intégrante du roman.

20181122_160250.jpg

Ensuite j’ai enchaîné avec Les Oubliés du dimanche de Valérie Perrin. Ma maman voulait me rendre ce livre qui en fait ne m’appartient pas. Mais comme j’en avais entendu du bien, je l’ai pris et ne l’ai pas regretté. Une jeune fille, Justine, recueille les souvenirs des pensionnaires d’un home pour personnes âgées dont ceux de Hélène qui parle de son grand amour Lucien, durant la deuxième guerre mondiale. Deux histoires sont narrées : celle de Hélène dans le passé et celle de Justine dans le présent. La jeune aide-soignante est orpheline et cherche à comprendre ce qu’il est arrivé à ses parents morts dans un accident de voiture. Secrets de famille en toile de fond. Joli roman, rempli de douceur et bien écrit.

Et pour terminer en musique je vous propose Radio Elvis avec 23 Minutes

Les Souvenirs d’antan ou de jadis

L’idée vient du Dr CaSo.

Racontez-moi un de vos déménagements
Le dernier. J’avais décidé de payer une entreprise car pas l’envie de me prendre la tête. Même si je me suis bien énervée, ça reste une excellente idée car je n’ai eu aucune aide des amis ou de la famille.

Est-ce que vous êtes superstitieuse ? A propos de quoi ?
Non

Quand vous étiez enfant, vous entendiez-vous bien avec votre soeur ?
Non. Et aujourd’hui encore, je marche sur des oeufs quand je la vois car son jugement à mon égard est sans appel : je suis une nulle. Donc pour éviter des histoires, je dis ce que je pense qu’elle veut entendre. Ça marche assez bien.

Est-ce que vos opinions politiques ont changé avec le temps ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
Je ne m’intéressais absolument pas à la politique jusqu’à peu. Je ne votais quasiment jamais. A présent j’essaie de m’y intéresser. Je peux au moins avancer des arguments justifiés auprès de ma maman ou mes tantes qui sont à fond pour l’UDC (FN pour les Français) et leur expliquer en quoi ce parti n’est qu’une grosse bouse. Même si parler à un mur est plus productif 🙄.

Qu’est-ce qui peut toujours vous redonner le sourire lors de moments difficiles dans votre vie ?
Malheureusement, quand ça va pas, ça va pas…

 

Et pour terminer en musique je vous propose, Alphaville avec Dance with me. Je sais, ce n’est pas tout récent…