Adieu veaux, vaches, cochons…

Tout a changé, il n’y a quasiment plus personne dans les rues et les magasins sont fermés. Je ne peux plus observer le comportement des gens pour m’adapter, puisque je suis seule dans le train par exemple. Lorsque je suis allée au magasin, je savais que l’on ne pouvait plus y entrer comme d’habitude. J’ai voulu regarder comment faisaient les autres mais ils étaient aussi perdus que moi. Par moments, j’avais envie de pleurer et je ne comprenais pas pourquoi. A présent, je sais. C’est un article de NPR qui m’a donné la réponse.

En fait, comme l’explique un psychologue, c’est comme si nous étions en chute libre, que tout sur quoi nous pouvions nous appuyer s’est effondré. La peur de la mort est très présente puisque chaque jour on peut trouver le nombre de personnes décédées à la suite du Coronavirus mais il y a également la mort au sens plus large, c’est-à-dire la mort de ce que nous avions pris pour acquis. Nous sommes en deuil. Plutôt que rester hébétés dans notre coin, ressentir de la rage, de l’anxiété, ou un sentiment d’impuissance, il faut reconnaître et accepter toutes ces émotions qui nous assaillent. Oui, nous avons perdu quelque chose, ou pire, quelqu’un. Il est important de l’accepter. Dans l’article, plusieurs exemples sont donnés :

La séparation d’avec ses amis, sa famille. On ne se touche plus, on ne se fait plus la bise (ça c’est une bonne chose), on se tient éloignés. Les habitudes ne sont plus ! Fini d’acheter le journal au kiosque sur le chemin du travail, fini le café à l’emporter, fini la pause prise entre collègues. Même à la maison, sommes-nous bien en sécurité ou avons-nous importé le virus ? Et notre gouvernement, est-ce qu’il met notre bien-être en première place ?

Quatre façons d’agir pour faire face à ce deuil nous sont proposées :

1. Communiquer, raconter, parler avec les autres, ne pas tout garder pour soi. Heureusement, il existe le téléphone ou les réseaux sociaux.

2. Méditer. Il existe plusieurs vidéos explicatives sur internet pour ceux qui ne connaissent pas de techniques.

3. Ecrire, créer. Tenez un journal intime ou lancez-vous dans le dessin, le chant, la musique. Peu importe le moyen choisi, il suffit de trouver ce qui vous convient le mieux et qui est accessible.

4. Etre ouvert à la joie. « Rire, c’est bon pour la santé ».

Si vous peinez à sortir du lit, n’avez plus goût à rien, à présent vous savez pourquoi. Cet état est normal. Observez ces émotions qui vous submergent, acceptez-les et alors vous pourrez panser vos blessures.

Et pour terminer en musique, je vous propose Major Lazer feat. Marcus Mumford avec Lay your Head on Me

Dimanche TV

J’ai regardé l’épisode de la semaine de Breeders. J’aime toujours autant. Une jolie bouffée d’oxygène même si l’histoire de cette semaine parlait de décès…(Canal+)

Une copine m’a conseillé la série documentaire Dirty Money. J’ai regardé le premier épisode qui concerne la banque Wells Fargo. Intéressant comme c’est monté et le monde du fric est vraiment à 🤢. (Netflix)

The Plot against America Deux épisodes sont actuellement disponibles concernant cette série basée sur le roman de Philip Roth (Le Complot contre l’Amérique). J’ai adoré le livre et pour l’instant, je reste un peu sur ma faim concernant la série. Mais c’est aussi normal. Tous les détails donnés par le romanciers ne peuvent ressortir dans une série ou un film. En revanche, j’adore l’image. Les décors sont magnifiques. (Sky Show)

Grand Design Ça c’est un truc que j’aime bien regarder pour me détendre. C’est sur une chaîne anglaise alors j’enregistre pour ne pas devoir me farcir les pubs toutes les 10-15 minutes. Il s’agit de suivre des personnes qui se lancent dans l’achat de leur futur logement. Soit il est construit de A-Z soit ils retapent un vieux truc en ruine. Ils parlent de leur budget et généralement ils mettent la main à la pâte. Certains veulent pratiquement tout faire, d’autres se contentent de coordonner les différents corps de métier. Tous essaient d’économiser. Il ne s’agit pas de télé-réalité. L’équipe du tournage ainsi que le présentateur, Kevin McCloud se présentent à intervalles réguliers sur le chantier pour voir l’avancement des travaux et discuter avec les futurs propriétaires des difficultés rencontrées. J’aime beaucoup Kevin et son humour pince sans rire et les résultats finaux qui donnent en général des logements magnifiques. (More 4)

Casse-tête

En 2010 ou par là, j’étais tombée sur un site qui proposait des énigmes et j’adorais ça. J’essayais d’y répondre durant mes heures de bureau pour passer le temps. Quand j’étais bloquée (très souvent) je demandais de l’aide à mon chef qui savait beaucoup de choses ou à ma maman qui sait beaucoup de choses également.

Allez savoir pourquoi, j’y ai repensé ces jours et j’ai cherché si le site existait toujours. Et c’est le cas. Je me suis inscrite en me disant que je savais certainement beaucoup plus de choses aujourd’hui qu’il y a dix ans. Et pourtant, je bloque déjà à la question 4 : Quand les lettres se mélangent aux chiffres, il est temps de changer de base !!!
10 -> 16
100 -> 256
FEDCBA -> ?

Alors si vous voulez aussi vous amusez, « Les énigmes de Christophe » c’est par là : https://is.gd/Xo4t7Z

Et pour terminer en musique, je vous propose Conor Mason, le chanteur du groupe que j’aime bien Nothing but Thieves, qui interprète la chanson de Radiohead Creep. Ecoutez cette voix ! ❤️❤️❤️

Les gens sont raisonnables…ou pas.

J’ai tenté à nouveau la sortie au supermarché. En fait, j’avais prévu de faire mes courses le jeudi dans le magasin près du boulot mais la dame à qui j’ai proposé mes services m’a envoyé sa liste de courses ce mercredi. Comme je ne travaillais pas, j’y reviens plus bas, j’ai décidé de me lancer le défit « courses sans stress » dans l’après-midi.

Je n’ai pas choisi la toute grande surface mais la taille en-dessous. A mon grand soulagement, nul besoin de faire la queue pour entrer, nous sommes peu nombreux. Malgré cela, il est très difficile de garder une distance de sécurité car une grande majorité des gens s’en contre fiche. C’est à pleurer. Mais ces mêmes personnes portent presque toutes…des gants ! Elles doivent penser que ça les rend invincibles.  Je n’ai pas trouvé tout ce qu’il y avait sur mes deux listes (toujours pas de levure) mais dans l’ensemble je suis assez satisfaite.

Depuis ce mercredi, je travaille en alternance avec ma collègue. Me voilà soulagée. Nous partageons un bureau où il n’est pas possible de garder la distance réglementaire et ça commençait à m’agacer. Voilà qui est réglé. De plus, les horaires sont réduits donc je n’ai plus besoin de me déplacer aux heures de pointe. Je peux garder mes distances avec les gens dans le métro et j’ai droit à un wagon pour moi toute seule dans le train. Il ne reste plus que le problème des courses à régler et ça, ce n’est pas gagné d’avance.

Je me rends compte que les gens n’ont pas encore compris à quel point il est important de respecter les mesures de sécurité. Tous les soirs, lorsque je rentre, je vois tous les gamins du village réunis pour jouer. J’ai une forte envie d’aller taper leurs parents. Le pire ? Cette famille qui n’habite plus ici et est venue en balade avec junior (14 ans) pour que ce dernier puisse jouer un moment au foot avec ses amis. Aller promener mon chien sans croiser des gens ? Difficile, ils arrivent tous en voiture pour aller se balader et ne s’écartent pas pour garder une distance raisonnable quand on se retrouve face à face. Je désespère. J’ai appris qu’une personne avait été testée positive dans mon village. Il faudrait peut-être l’afficher en gros un peu partout pour que les gens comprennent enfin que non, les malades c’est pas juste à la télé mais à côté de chez vous. Peut-être même votre voisin !

Et pour terminer en musique, je vous propose Gorillaz avec Clint Eastwood

Gymnastique

Dimanche j’ai essayé de courir un peu. Je me suis arrêtée après quinze minutes : j’avais l’impression d’avoir les poumons compressés (sans doute lié au stress) et mon tibia n’était pas content. Moi oui 😄. Tant pis, je vais me contenter de mes séances de gymnastique avant de me lancer dans un nouvel essai jogging durant le week-end.

Je ne prends toujours aucun plaisir à suivre ces exercices mais les courbatures s’amenuisent. Au moins une chose de positive. Et je suppose que je commence à me muscler un peu le haut du dos, les bras et mon horrible abdomen. Comme je peine un peu moins pour exécuter mes deux lignes d’exercices, j’en ai rajouté une que je vais tester dès demain : moitié yoga moitié exercices pour muscler les jambes. Ca me fera environ 45 minutes de gym, échauffements et étirements compris.

Pendant que je souffre, il y en a une qui me nargue. Elle regarde la télé d’un œil absent, m’observe puis se met sur le dos et s’étire de manière langoureuse. Je crois qu’elle se fiche de moi. Quant au chien, dès que je m’allonge pour mes exercices, il se précipite vers moi et tente de me lécher les jambes, mordre mes pieds ou se coucher sur moi. Un vrai plaisir ces séances de gym…

Et pour terminer en musique, je vous propose Gnarls Barkley avec Crazy

Petites bêtes

Comme chaque année, je rentre dans mon salon certaines plantes qui ne passeraient pas l’hiver si je les laissais sur le balcon. En plus de mes plantes, les pots contiennent des larves de cétoines dorés. Je les entends parfois quand je lis, qu’il n’y a pas un brui dans mon appartement. Comme si on écrasait des feuilles mortes ou que l’on croustille un met. A l’arrivée du printemps, les petites bêtes sortent. Et je dois les sauver.

20200319_175237505418555360393411.jpg

L’année dernière, j’ai dû avoir une vingtaine de ces insectes sortis de mes pots. J’en suis déjà à quatre cette année. Dès qu’un pointe le bout de son nez, je le sais tout de suite. Le chien devient fou. Il aboie et se met à jouer au foot avec cette pauvre petite masse verte. La chatte aussi aime jouer au foot avec. Je me précipite alors vous la cétoine et la pose dans un bas à fleur sur le balcon.

20200322_0947341011380310392564789.jpg

Cette année, des moineaux ont niché dans le coffret du store sur le balcon. Et les petits sortent enfin, comme ce gros dodu posté sur la chaise. Ils restent en général sur le balcon et piaillent pour quémander leur nourriture. Et là c’est la chatte qui devient folle ! Elle s’excite derrière la vitre et si j’ai le malheur d’ouvrir, elle se précipite à l’extérieur en espérant attraper le jeune oiseau.

Je dois laisser ouvert pour que les cétoines puissent prendre leur envol (et que le chien aille faire pipi sur son tapis) mais je dois laisser fermer pour éviter que la chatte bouffe des oiseaux ! Je passe mon temps à ouvrir et fermer cette fichue porte du balcon !

Et pour terminer en musique, je vous propose Jacob Bellens avec Summer Sadness

Le monde m’appartient

Aujourd’hui n’est pas coutume, je souhaitais vous présenter une vidéo dans laquelle je m’exprimais. Mais voilà, j’ai rencontré quelques difficultés. Tout d’abord, l’image n’était pas dans le bon sens. J’ai passé trois plombes pour trouver comment modifier ma vidéo. J’ai enfin réussi mais la qualité, mauvaise à la base, est devenue médiocre. Et le son a pris la poudre d’escampette.

Je vous expliquais donc que je venais d’arriver à la gare de Nyon ce lundi matin 23 mars 2020. Il est 7h05 et c’est l’heure de pointe habituelle. Sauf qu’aujourd’hui, les rues sont désertes. Il fait un froid de canard, j’ai le nez qui coule et je renifle beaucoup. Du coup, heureusement que le son a disparu. Je vous montre le quai direction Genève, celui en face du mien et le quai direction Lausanne, désert. Je conclus en disant que je devrais trouver une place dans le train 😁.

Une fois arrivée à Lausanne, j’ai repris mon appareil pour filmer le court trajet entre la sortie du train et l’entrée dans le métro. Au moment où j’ai voulu arrêter l’enregistrement, j’ai constaté qu’il n’avait jamais débuté. Il y a des jours comme ça…

Est-ce que les gens respectent la distance de sécurité ? Certains, mais pas la majorité. Pour sortir du train, nous étions quatre personnes. Deux sont parties d’un côté en laissant une bonne distance entre elles et la troisième personne et moi sommes parties dans l’autre sens en gardant également une distance entre nous. Cependant, trois hommes attendaient pour monter dans le train, massés devant la porte…

Dans le métro, je me suis mise dans l’extrémité la moins fréquentée et il y avait un mètre de distance entre les autres usagers et moi. En revanche, à l’autre bout du convoi, les gens étaient côte à côte pour certains. De même, en sortant, à part une ou deux personnes qui se sont mises de côté, tout le monde s’est dirigé vers les escaliers pour les gravir en groupe. Le message n’est visiblement pas encore bien passé…

Et pour terminer en musique, je vous propose Biffy Clyro avec Instant History